Faut-il être bilingue pour trouver un job ?

Posté le 23/02/2017  —  Actualité précédente / suivante

Une étude récente du Forem identifie les forces et les faiblesses des demandeurs d’emploi wallons en termes de maîtrise des langues.

Aujourd’hui, seulement 18,5% des offres d’emploi qui transitent par le Forem exigent du candidat au poste qu’il parle au moins une autre langue que le français. Un taux d’exigence qui peut paraître étrangement bas mais qui est à nuancer. En effet, près de 36% des opportunités d’emploi qui concernent les diplômés du supérieur réclament la maîtrise d’au moins une langue étrangère: le néerlandais dans 63,5% des cas, l’anglais dans 50,8% des cas. C’est surtout vrai pour les cadres, les métiers de l’horeca, ceux de l’informatique, la formation continue et le secteur de la communication. Et surtout dans les provinces de Liège, du Brabant wallon ou de Luxembourg. Néanmoins, seul un demandeur d’emploi sur dix s’en sort avec le néerlandais, alors que c’est la langue étrangère la plus demandée.

En 2016, 3 900 demandeurs d’emploi ont suivi une formation en langues organisée par le Forem. Parmi ceux-ci, 1 936 ont suivi la formation en néerlandais. L’âge moyen des demandeurs d’emploi qui s’inscrivent à une formation en langues du Forem tourne autour de 30 ans. Parmi les autres outils wallons pour compenser les lacunes à l’égard du néerlandais, on retrouve la plateforme d’apprentissage Wallangues très appréciée (424 000 usagers, dont près de la moitié pour le néerlandais), les modules métiers organisés par le Forem (de l’intensif qui colle à la demande des secteurs pour le néerlandais), les mises en situation virtuelle, les tables de conversation, etc.

L’Avenir, 23 février 2017


Ce site est un site d'information belge francophone sur les métiers.

 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.