Inclure la question des travaux à domicile dans la formation des instituteurs

Posté le 09/10/2015  —  Actualité précédente / suivante

Selon une étude de l'Observatoire de l'enfance, de la jeunesse et de l'aide à la jeunesse (OEJAJ), la pratique des devoirs et des leçons n'est pas systématiquement abordée dans la formation des étudiants qui se destinent à l'enseignement.

L'étude, réalisée en collaboration avec l'ULB lors de l'année scolaire précédente, consistait en une recherche-action menée sur un groupe de jeunes étudiants futurs instituteurs. Elle a abouti sur un outil transférable aux Hautes écoles. Il comporte six étapes qui peuvent être suivies librement. Une de ces étapes est une immersion de 15 heures dans une école de devoirs de façon à ce que les étudiants découvrent l'état d'esprit des enfants après l'école (fatigue, envie de jouer, de courir, d'être au calme) et soient confrontés aux difficultés des consignes de travaux à domicile élaborés par d'autres enseignants.

Les étapes 3 et 4 consistent à sensibiliser les étudiants à la Convention internationale des droits de l'enfant et à les informer à propos du prescrit légal en matière de travail à domicile. La (re-)découverte du Décret Nollet, qui remonte à 2001 et qui visait à réguler la pratique des travaux à domicile dans le primaire, en fait notamment partie. 

L'Avenir, 9 octobre 2015

 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.