La Belgique connaît une importante pénurie d'infirmiers

Posté le 23/02/2019  —  Actualité précédente / suivante

Tous les hôpitaux sont à la recherche d'infirmiers, au point d'engager des infirmiers venus de pays de l'Est. Comment expliquer cette pénurie?

Petit retour en arrière

En 2016, le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a fait passer la formation d'infirmier de 3 ans à 4 ans, pour qu'elle soit conforme aux exigences européennes. Cette mise en conformité imposait notamment d'intégrer des compétences supplémentaires et 2300 heures de stage au chevet du patient.

Ce qui explique la pénurie aujourd'hui

Cette augmentation de la formation a une conséquence directe cette année puisque seuls les étudiants qui sont dans les mesures transitoires et ceux qui terminent une spécialisation seront diplômés en 2019. De plus, les Hautes Ecoles relèvent une diminution des inscriptions en première année de bachelier, qui peut s'expliquer par le fait que cette année supplémentaire d'études ne donne à la formation ni une valorisation académique ni une valorisation salariale.

Les conditions de travail difficiles peuvent aussi expliquer la pénurie. En effet, on estime qu'en moyenne, un infirmier ne travaille que 7 à 8 ans sur le terrain. Enfin, le métier n'est pas valorisé par la société, par rapport au métier de médecin par exemple, alors qu'il nécessite des connaissances très pointues et un niveau de responsabilités important.

Références, 23 février 2019


Ce site est un site d'information belge francophone sur les métiers.

 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.