La Stib veut attirer plus de femmes

Posté le 02/10/2015  —  Actualité précédente / suivante

La société de transports publics bruxelloise compte un peu plus de 90% d'hommes parmi ses effectifs mais son patron, Brieuc de Meeûs, veut accélérer sa féminisation. A l'instar d'autres entreprises, le plus important employeur de la capitale peine à attirer les dames.

On compte aujourd'hui 9,2% de femmes sur un total de 7.846 personnes. Si la tendance évolue positivement ces dernières années (elles représentaient 8,7% des effectifs en 2013, 9,05% en 2014), cela reste insuffisant. Dans la conduite, que ce soit pour un bus, un tram ou un métro, les femmes sont 187 sur 3.041 chauffeurs, soit 5,8% des effectifs. Pour les métiers techniques et de maintenance, elles ne sont que 40 sur 2.200. Si ces métiers ont toujours une connotation très masculine, le patron de la Stib rappelle que l'entreprise propose d'autres métiers dans lesquels les femmes peuvent aussi se retrouver. C'est le cas de la géographie ou de l'étude du réseau du futur, par exemple. 

Plusieurs campagnes ciblées ont été menées et les infrastructures (douches, vestiaires) ont été adaptées. La Stib réfléchit également à mettre en place d'autres outils comme des crèches, le temps-partiel, etc. L'objectif est d'atteindre 15 à 20% de femmes à la conduite et de passer de 10 à 20% au total. A terme, la parité est bien entendu visée. 

Le Soir, 2 octobre 2015

 

 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.