Le salaire des jeunes ingénieurs tend à plafonner

Posté le 01/10/2016  —  Actualité précédente / suivante

La Fabi (Fédération des Ingénieurs civils et des Bio-ingénieurs) a mené une enquête auprès de 177 jeunes ingénieurs diplômés en 2015. Il en ressort que le taux d’occupation global de ces ingénieurs s’élève à 72 %. Mais il existe une différence sensible entre ingénieurs civils, dont le taux d’occupation dépassait les 80 % six mois après l’obtention de leur diplôme, et les bio-ingénieurs, dont le taux d’occupation n’atteignait pas 60 %. D’autre part, il apparaît qu’un premier travail de chercheur ou de doctorant est un débouché assez fréquent, en particulier pour les bio-ingénieurs (12 sur 36 sont dans ce cas, alors qu’ils sont 12 également mais sur 92 du côté des ingénieurs civils). S’agissant du type de contrat, quelque 57 % des jeunes diplômés, hors chercheurs et doctorants, obtiennent prioritairement un contrat à durée indéterminée (CDI).

L’enquête concernant le salaire des jeunes ingénieurs est plus réduite (71 personnes ont participé) et les résultats sont davantage entachés d’incertitude. Ingénieurs civils et bio-ingénieurs gagnent entre 2.240 euros par mois pour le quartile inférieur et 3.125 euros pour le quartile supérieur, la médiane étant de l’ordre de 2.800 euros.

La Fabi émet des recommandations pour le salaire des ingénieurs débutants : elle devrait être de 41.230 euros brut par an accompagnés d’avantages extralégaux. Ces avantages sont estimés à un minimum de 4.050 euros net par an ou une contrepartie salariale équivalente. En réalité, nombre d’ingénieurs sont désormais recrutés en deçà de cette recommandation, que certains employeurs estiment trop élevée en raison notamment du fait qu’un jeune ingénieur coûte encore, en début de carrière, en frais de formation afin de le préparer aux exigences du métier.

Références, 1 octobre 2016

 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.