Le secteur de l'armement emploie plus de 11 000 personnes

Posté le 25/08/2018  —  Actualité précédente / suivante

Le Groupe de recherche et d'information sur la paix (GRIP) publie les résultats d'une étude s'intéressant à l'impact des décisions politiques sur l'emploi dans le secteur de l'armement.

En effet, le secteur de l'armement est un sujet sensible, comme en témoigne la décision du Conseil d'Etat survenue en juin 2018. Ce dernier a suspendu huit licences d'exportation de la FN Herstal à destination de l'Arabie saoudite (premier acheteur d'armes en Wallonie) estimant que le contexte dans lequel s'effectuaient ces exportations n'avait pas été suffisamment pris en compte. Mais les syndicats et employeurs protestent : une telle décision aura un impact important sur l'emploi.

Fin 2017, la Belgique comptait 11 403 emplois directement ou indirectement liés à la production d'armes, de munitions et d'équipements militaires. La majorité de ces emplois se trouvant en Wallonie (3 584 postes), dans des bassins aux taux de chômages les plus élevés. Aujourd'hui, une partie de ces emplois est menacée par le contexte éthique et économique qui entoure le secteur de l'armement.

L'étude du GRIP démontre pourtant que chaque emploi créé dans le secteur de l'armement génère 1,4 emploi dans l'économie belge. Le message que le Groupe de recherche et d'information sur la paix est clair :"cesser de vendre des armes aux dictatures et criminels de guerre aura un coût social".

Le Soir, 25 & 26 août 2018


Ce site est un site d'information belge francophone sur les métiers.

 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.