Les destructions de postes reculent en Belgique

Posté le 05/01/2017  —  Actualité précédente / suivante

Les résultats de l’étude « Dynam », menée par l’Université de Louvain (KUL),  révèlent une croissance nette de 32 900 postes de travail (+0,9%) pour la période de juin 2014 à juin 2015. L’emploi augmente pour la deuxième année consécutive après une diminution de deux années successives, de 2011 à 2013.

Durant, cette période 202 300 emplois ont été créés tandis que l’on déplore la perte de 169 400 emplois dans les entreprises en contraction ou n’employant plus personne, soit en raison d’une fermeture, soit parce que l’employeur n’occupe plus de personnel. La tendance positive nette durant la période 2014-2015 est donc surtout la conséquence du recul des destructions d’emplois.

C’est Bruxelles qui s’est la mieux portée, avec un taux de création nette d’emplois de 1,5 %, ce qui représente 4.525 emplois. La Wallonie affiche, elle, une proportion de 0,8 %, avec 5.645 emplois. Et c’est la Flandre qui affiche la moins bonne performance avec un taux de création d’emplois de 0,6 % (9.766 emplois).

Les chiffres du chômage affichent également des tendances positives. A Bruxelles, le chômage a baissé de 4 % sur l’ensemble de l’année, soit près de 4.000 chômeurs en moins. Par rapport à 2014, la baisse atteint même près de 10 %, avec 11.000 chômeurs de moins. En Flandre, le chômage a baissé de 6 % en 2016, soit 13.425 chômeurs de moins qu’au début de l’année. Les chiffres de 2016 sont attendus pour la Wallonie. Enfin, un autre indicateur positif doit également être mentionné : c’est le nombre de faillites, qui est actuellement au plus bas depuis six ans.

Le Soir, 5 janvier 2017


Ce site est un site d'information belge francophone sur les métiers.

 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.