Les journalistes de plus en plus précarisés

Posté le 28/06/2017  —  Actualité précédente / suivante

Une étude de la Fédération européenne des journalistes montre que les conditions de travail des journalistes tendent à se détériorer.

Ils doivent faire face à un stress de plus en plus important. Et parmi les facteurs les plus impactant dans leur quotidien professionnel, la surcharge de travail est régulièrement citée par les journalistes. Ils doivent en effet réaliser le travail de plusieurs personnes : interviews et rédaction bien sûr mais aussi photos, vidéos, montage, adaptation au web et gestion des réseaux sociaux. Ils mentionnent également le manque de temps mis à leur disposition pour traiter l'information, ce qui les oblige à se concentrer sur les communiqués de presse sans possibilité de recouper l'information par des visites de terrain. Les rédactions mettent une pression supplémentaire sur les journalistes en leur imposant une productivité de plus en plus grande pour un salaire peu valorisant.

Cette détérioration des conditions de travail des journalistes est directement liée aux difficultés économiques que connait le secteur de la presse, avec une chute des abonnements et des revenus issus de la publicité. On constate également que de plus en plus de rédactions travaillent avec des pigistes, au statut précaire.

Il n'est donc pas étonnant qu'une étude flamande montre que 21,4 % de journalistes présentent un risque élevé d'épuisement professionnel.

L'Avenir, 28 juin 2017


Ce site est un site d'information belge francophone sur les métiers.

 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.