Les métiers de la cartographie

Posté le 19/02/2020  —  Actualité précédente / suivante

L'Institut géographique national (IGN) s'adapte à un environnement en pleine mutation.

Alors que les GPS et autres applications remplacent désormais les cartes routières classiques, l'Institut géographique national belge se modernise et maintient son activité en proposant des services différents. Créé dans sa première version militaire en 1831, l'IGN a pour mission de traduire les spécificités du territoire belge en cartes.

S'adaptant aux nouvelles technologies, il devient un courtier en données géographiques, fournissant des cartes adaptées aux géants du web mais aussi à différentes institutions belges (trafic aérien, centres de crises, services de secours, fonctionnaires fédéraux, etc.).

Zoom sur trois métiers emblématiques de la cartographie belge:

  • le restituteur : sur ses écrans, il recense les différences d'altitude et les courbes de niveaux, il donne aux cartes leur relief grâce à une vison 3D des photos aériennes. Son travail permet notamment de contrôler les obstacles aériens présents sur le territoire belge mais aussi de modéliser une situation donnée;
  • le compléteur: il arpente le terrain armé d'un ordinateur et d'outils de mesure. Son travail consiste à répertorier les éléments invisibles sur les photos aériennes (une rivière dans la forêt, un chemin caché par les arbres, etc.). Ils sont une dizaine en Belgique;
  • le cartographe travaille la carte dans son état final. Son rôle est de représenter les données sur une carte, en choisissant les symboles et couleurs les plus appropriés, pour qu'elle soit claire et facilement interprétable.

Le Soir, 19 février 2020

 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.