Les PME ont moins confiance en l’avenir de leur activité économique

Posté le 09/08/2016  —  Actualité précédente / suivante

Le baromètre trimestriel de l’Union des classes moyennes (UCM) révèle que les chefs de PME wallons et bruxellois ont moins confiance en l’avenir de leur activité économique que l’an dernier. En cause, l’environnement économique, la pression fiscale, le coût salarial et les postes vacants.

Ainsi, l’environnement économique est devenu une préoccupation pour 54,1% des patrons lors de ce deuxième trimestre 2016. Les attentats, qui ont touché les secteurs du tourisme et du commerce, et les grèves augmentent le sentiment d’anxiété des patrons. L’UCM pointe également le brexit et l’instabilité des indices boursiers.

Le second facteur ayant le plus entravé l’activité des PME serait la pression fiscale et notamment la mise en place de la taxe kilométrique au 1er avril 2016. Les coûts salariaux subissent également l’augmentation de la TVA sur l’électricité (de 6 à 21%) et l’augmentation des prix des services depuis un an. Ces augmentations ont pour conséquence d’anticiper l’indexation des salaires prévue en septembre à avril et mai. Enfin, l’insuffisance de la demande est un facteur qui préoccupe moins les entrepreneurs mais qui reste quand même important : Le nombre de postes vacants était de 2,6% au 1er trimestre 2016, soit 0,5% de plus qu’en 2015, ce qui représente plus de 100 000 postes vacants. Cela signifie qu’un chef d’entreprise sur cinq ne trouve pas le bon profil

L’Avenir, 9 août 2016

 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.