Prévenir le burn-out des indépendants

Posté le 25/02/2019  —  Actualité précédente / suivante

Contrairement aux salariés, les indépendants ne bénéficient pas de la législation relative au bien-être au travail et sont particulièrement exposés aux risques de burn-out.

Le syndrome d'épuisement professionnel survient souvent après des périodes de stress chronique ou de travail excessif, parfois combinées à une charge émotionnelle ou familiale trop importante. Evidemment, les indépendants n'y échappent pas : horaires souvent très lourds (ils sont 82% à travailler plus de huit heures par jour*), surcharge de travail, grande pression financière, risques d'isolement social et professionnel, quasi-impossibilité d'arrêter totalement de travailler (57% des indépendant touchés par un burn-out ne se sont jamais mis en arrêt maladie*), etc.

Suite à l'appel à projets lancé par la ministre de la Santé publique, Maggie De Block, le guichet d'entreprise Liantis et l'Union des entrepreneurs indépendants flamand (Unizo) développent un programme d'actions préventives du burn-out pour les indépendants. Dans un premier temps, le projet s'adressera exclusivement aux indépendants flamands mais l'Union des classes moyennes (UCM) espère pouvoir rapidement dupliquer les outils de sensibilisation auprès des francophones.

Le projet comporte plusieurs phases:

  • prévention primaire : sensibiliser les indépendants sur les risques de burn-out;
  • un groupe d’indépendants identifiés "à risques" seront accompagnés par des équipes multidisciplinaires pour anticiper et minimiser les impacts du burn-out sur leur santé;
  • prévention tertiaire: soutien vers un retour au travail.

* Enquête réalisée en 2017 par les Mutualités libres

Le Soir, 25 février 2019

 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.