Refinancement de l'enseignement supérieur

Posté le 30/01/2016  —  Actualité précédente / suivante

Un avant-projet de décret refinançant l'enseignement supérieur francophone vient d'être voté par la Fédération Wallonie-Bruxelles. 

Jusqu'alors financées au moyen du système de l'"enveloppe fermée", les universités et hautes écoles se partageaient un budget fixe entre un nombre sans cesse croissant d'étudiants. Le financement réel par étudiant diminue, tandis que les besoins augmentent. En 1998, une université recevait 7.204 euros pour prendre en charge la formation d'un jeune. Quinze ans plus tard, la dotation est réduite à 5.712 euros. En haute école, on passe de 4.300 à 3.998 euros. 

L'avant-projet prévoit que les établissement reçoivent un bonus durant les quatre prochaines années. La répartition de ce bonus entre universités et hautes écoles est déterminé de la sorte: en 2016, les universités devraient recevoir 75% du bonus, tandis que les années suivantes, les hautes écoles recevront 35% du budget additionnel (pour minimum 65% aux universités). Le décret introduit également de nouvelles règles qui entraînent une augmentation de la part fixe du financement des universités à 30%. La notion de plafonnement est également réinstaurée: au-delà d'un certain nombre d'inscrits dans une faculté, la dotation par étudiant est réduite à 85% du montant initial. Enfin, les universités auront la possibilité de solliciter davantage le porte-feuille des étudiants étrangers non européens et non boursiers, en réclamant jusqu'à 15 fois le minerval de nos étudiants. Enfin, le décret fixe aussi pour chaque université le montant minimum auquel elle aura droit pendant 5 ans. 

Le Soir, 30 janvier 2016 

 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.