Revaloriser les métiers de la construction

Posté le 28/02/2015  —  Actualité précédente / suivante

Le secteur de la construction connait un manque de main-d'oeuvre criant alors que les opportunités de carrières ne manquent pas. Le Forem répertorie d'ailleurs une trentaine de métiers du secteur en pénurie.

Selon Constructiv, la plateforme de partenariat des organisations belges du secteur de la construction, chaque année, environ 22.000 personnes (13.000 en Flandre, 7.500 en Wallonie et 2.000 à Bruxelles) quittent le secteur pour la pension ou pour se reconvertir. Le manque de main-d'oeuvre se fait donc particulièrement ressentir. Avec moins de 1% en Belgique, les femmes y sont également sous-représentées. 

Pour Constructiv, une revalorisation des métiers techniques et manuels est nécessaire afin de redorer l'image du secteur. De nombreux métiers souffrent d'une méconnaissance de la part du grand public qui ignore parfois les exigences en compétences de plus en plus pointues, notamment concernant les techniques de pose et les matériaux utilisés. Le secteur offre également de nombreuses opportunités d'emplois et de formations. 

Dans un sondage mené auprès des jeunes qui débutent dans la construction, la diversité des tâches et la variété des environnements de travail constituent la première motivation. La seconde est de pouvoir profiter d'un travail en plein air, suivie de la possibilité de pouvoir créer de ses propres mains et d'aboutir à un résultat directement visible. Enfin, le salaire, les horaires et les congés se placent en 4e position. Le contact direct avec le client et la satisfaction du travail accompli font également partie des plaisirs des métiers de la construction. 

Deux événements qui auront lieu prochainement auront comme objectifs d'ouvrir les portes de l'univers de la construction et de susciter des vocations: "La Quinzaine de la construction 2015" du 9 au 20 mars et la "Journée chantiers ouverts"le 31 mai. 

Jobat, supplément du journal L'Avenir, 28 février 2015

 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.