Troubles de l’apprentissage : les enseignants mieux outillés

Posté le 30/08/2012  —  Actualité précédente / suivante

En Belgique, les troubles de l’apprentissage (dyslexie, dysgraphie, dyscalculie, dysorthographie, dyspraxie, troubles de l’attention) concernent 5 à 10% des jeunes. Ces dernières années, la reconnaissance de ces troubles s’est améliorée et les enseignants sont de mieux en mieux outillés.

Depuis 2009, les modalités de passation du CEB (6e primaire) ont été adaptées pour les élèves présentant des troubles de l’apprentissage. Les mêmes dispositions seront appliquées dès l’année suivante pour les épreuves CE1D (fin du premier degré secondaire) et TESS (6e secondaire). Par ailleurs, dans le cadre du Plan Dyslexie mis en place par le cabinet de la ministre de l’Enseignement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, près de 800 enseignants, tous réseaux confondus, ont été formés en 2011. Ce projet se poursuivra durant les années 2012-2013 et 2013-2014 avec l’objectif de toucher 2.400 écoles. Une plate-forme d’aide aux enseignants a ainsi été mise en ligne. De plus, un nouveau projet « Pass Dys » est actuellement étudié. Ce projet permettrait d’aider les enseignants à adapter leur pratique pédagogique face à des enfants présentant des difficultés d’apprentissage.

Selon l’Apeda (l’Association belge de parents d’enfants en difficulté d’apprentissage), les problèmes liés aux difficultés d’apprentissage apparaissent généralement dans le secondaire lorsque l’élève est confronté à différents professeurs et que l’assimilation de la matière se fait plus rapidement et où la communication avec les parents est moins facile qu’en primaire.

L’Avenir, 30 août 2012

 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.