Une convention sectorielle qui ne plait pas aux kinés

Posté le 18/03/2017  —  Actualité précédente / suivante

Régulièrement, les kinésithérapeutes et autres professionnels paramédicaux négocient des accords avec les mutuelles sur la manière de dépenser l'argent disponible pour chaque secteur.

Pour les kinés, il s'agit de favoriser une meilleure prise en charge des frais de déplacements, le remboursement d'une seconde séance de kinésithérapie en soins intensifs et une revalorisation tarifaire à l'ouverture d'un dossier.

Or, la ministre fédérale de la santé Maggie De Block impose une hausse maximale des honoraires de 0.83 %, là où les kinésithérapeutes exigeaient une hausse de 13 %. Une hausse dérisoire qui fait suite à trois ans de statu quo et qui ne couvre qu'un tiers de ce que la ministre avait initialement promis.

Face à ces décisions, AXXON (la fédération professionnelle des kinésithérapeutes) s'insurge et appelle ses affiliés à se déconventionner, ce qui leur donnera le droit d'imposer leurs tarifs à leurs patients.

Le Soir, 18 mars 2017

 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.