André Capron, Directeur médecin

Monsieur André Capron est directeur médical et chef du service de chirurgie de l'hôpital Ambroise Paré de Mons.

Pouvez-vous définir ce qu'est votre métier ?

Je suis chef de service de la chirurgie, principalement digestive et depuis 1997 je suis devenu médecin directeur. Je gère donc le service de chirurgie, l'achat de matériels. Je ne pratique plus beaucoup de la chirurgie, sauf celle de nuit où cette discipline ne regroupe pas la chirurigie à ciel fermé étant donnée que cette pratique fut le reflet d'une évolution que je n'ai pas totalement suivie. Je m'occupe également des étudiants qui sont accueillis dans notre hôpital ainsi que les canditats spécialistes qui font leur stage, c'est-à-dire l'accompagnement, les séminaires, les évaluations, les rapports avec les universités. Les deux postes que j'occupe ne sont pas un obstacle quant à la manière de les gérer en parallèle, je gère cela de manière harmonieuse, cela ne pose aucun problème. En bref, j'organise l'activité médicale.

Quelle place occupe votre profession dans votre vie ?

Je fournis pour l'hôpital près de 90 à 100 heures de travail par semaine. Il est d'ailleurs important de préciser ce fait car cela est d'une proportion considérable.

Quel est votre parcours professionnel ?

Je débuté dans cet hôpital en 1964 en tant qu'étudiant. En 1966, j'étais un étudiant en chirurgie. 1972 fut l'année où je fus chirurgien mais j'ai du partir à mon service militaire. Après cela, j'e suis retourné à Ambroise Paré, toujours en médecine chirurgicale. J'ai ensuite monté les échelons en commençant par premier assistant, puis adjoint, chef de clinique et chef de service. Pour aboutir à 40 ans de carrière.

Quels sont les savoir-faire indispensables à cette profession ?

Pour être responsable en chirurgie, la condition indispensable est de bien mener les opérations. Pour être médecin directeur, le plus important est ce que nous apprenons lors d'une formation que j'ai personnellement suivi dans une école de santé publique à l'université de Bruxelles en gestion hôspitalière. Il est indispensable de connaître la loi, les statuts de l'hôpital et surtout les 150 médecins qui y travaillent.

Quels sont les savoir-être ?

En tant que responsable du secteur de chirurgie, il faut être sûr de soi, il faut également savoir inspirer la confiance aux collègues. Quant au médecin directeur, cela est tout à fait différent étant donné que nous sommes toujours entre le marteau et l'enclume, c'est-à-dire entre le gestionnaire politique et les médecins, qui chacun voit les choses de manière extrêmement différente, il faut donc être très souple.


 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.