Anthony Iafrate,
Gestionnaire d'un salon de bronzage

Interview réalisée en novembre 2010

Quelle formation vous a permis d’ouvrir votre propre salon de bronzage ?

Pour posséder son salon de bronzage, on doit suivre une formation en cours du soir à l’IFAPME. Elle est obligatoire et consiste à bien différencier les types de peau afin d’orienter le client, savoir le nombre de minutes qu’il doit respecter et le type de crème qu’il doit utiliser. Cette formation n’est pas très longue, elle consiste en trois soirées qui comptabilisent 9 heures de formation. Bien sûr, avant de posséder son propre salon de bronzage, on doit également avoir réussi sa formation de chef d’entreprise et attester de connaissances de gestion suffisantes. 

Quelle réglementation régit les salons de bronzage ?

D’abord, elle concerne le type de peau. Si tu as une peau trop claire, que tu possèdes énormément de grains de beauté ou si tu es roux, il convient d’éviter le salon de bronzage. Ensuite, elle stipule que les mineurs ne peuvent utiliser le solarium.

De plus, si une personne revient après seulement 24 heures d’intervalle, je vais lui déconseiller d’employer le banc solaire. Je suis aussi très stricte en ce qui concerne le temps d’utilisation, jamais je n’accepte une personne qui désire faire une séance de 20 minutes à sa première visite. 

Qu'est-ce qui vous a motivé à ouvrir un salon de bronzage ?

Ce qui m’a le plus motivé, c’est la demande de ma clientèle de coiffure, je trouve que les deux activités sont complémentaires, ça touche aussi à l’esthétique. Lorsque mes clients attendent pour se faire coiffer, ils profitent de ce moment pour utiliser le banc solaire. 

Quelles sont les principales difficultés rencontrées avant d’ouvrir votre salon ?

Ma principale difficulté provient de la concurrence car à Liège, elle est très rude. Ensuite, parvenir à faire adhérer la clientèle à mon concept de jumeler mon salon de coiffure au salon de bronzage. L’achat des appareils est aussi générateur de stress, car c’est une machine qui coûte très cher et on se demande toujours en combien de temps notre investissement sera rentabilisé. 

Que diriez-vous à un jeune qui souhaite ouvrir son propre centre ?

Qu’il faut se lancer et être motivé, tout le monde connait quelqu’un qui fait du solarium, ce n’est donc pas un domaine trop risqué. Il faut aussi bien choisir son emplacement car la concurrence est féroce. Pour moi, ce n’est pas un business trop hasardeux car en Belgique le soleil n’est pas très présent et la demande est là. 

Quel est approximativement l’ordre de prix pour une installation ?

Les appareils sont très variés. Il faut un équipement performant car les gens veulent des résultats et rapidement. Une machine professionnelle de base revient à quatre mille euros, elle possède des lampes de très haute qualité, un ventilateur et une lampe à haute pression pour le visage. Le prix peut monter jusqu’à 7-8 mille voir 10 mille euros, tout dépend des accessoires de la machine. Certaines envoient des petits jets d’eau, d’autres des odeurs telles que l’eucalyptus... Il faut aussi tenir compte de la consommation d’électricité. 

Quels sont les avantages et les inconvénients à utiliser les salons de bronzage ?

L’inconvénient est qu’il ne faut pas en abuser car la peau reçoit tout de même une bonne charge d’UV. Ce qui compte des risques pouvant, à terme, entraîner des conséquences telles que des maladies de la peau ou le cancer. L’avantage est le côté très relaxant, on peut arriver à avoir un beau bronzage rapidement.

 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.