Betty Dhondt,
Visiteuse-contrôleuse textile

Interview réalisée en octobre 2014

En quoi consiste la tâche quotidienne d’une visiteuse-contrôleuse textile ?

Nous devons inspecter tous les défauts du tissu.

Quand on voit un défaut, on prévient le tisserand pour qu’il arrête tel ou tel métier. On lui dit qu’il y a un défaut à telle machine. On le note sur l’ordinateur et il voit quel défaut s’affiche.

On travaille vite. Mais il y a des qualités pour lesquelles il faut vérifier plus lentement et qu’on inspecte avec de tout petits ciseaux. Il existe toutes sortes de défauts : des piqûres, des œillets, etc. Toute une journée comme cela, avec la lumière, cela fait mal aux yeux !

Quel a été votre parcours jusqu’à votre poste actuel ?

J’ai commencé à travailler à 16 ans dans une bonneterie. J’y suis restée 27 ans. Je faisais des bérets pour l’armée. J’aimais beaucoup ! Puis le travail a été exporté à l’étranger.

J’ai ensuite appris le métier de remailleuse. Je remaillais les chaussettes. J’aimais beaucoup aussi ! J’avais suivi une formation de 6 mois. J’ai été embauchée tout de suite ! Je faisais la collection de Sonia Rykiel, Decathlon, etc.

J’ai commencé à travailler chez De Poortere Frères en tant que femme de ménage. Je n’aimais pas chômer ! On m’a donc embauchée comme femme de ménage. Un jour, quelqu’un est tombé malade. On m’a demandé de remplacer cette personne. J’ai accepté. Et j’y suis depuis 14 ans !

Quels sont les avantages et les inconvénients du métier ?

Le métier est stressant, fatigant, surtout pour les yeux. Tous les ans, on peut acheter une nouvelle paire de lunettes ! Il faut beaucoup se concentrer. Les yeux et la tête se fatiguent. De plus, on est debout durant 8 heures. On ne bouge pas. Rester fixe, stable, durant 8 heures, cela fatigue. 

Qu’est-ce que vous aimez le plus dans votre métier ?

C’est un métier agréable. En plus, il y a une bonne ambiance. J’aime faire un bon travail pour le client. Faire une bonne qualité !

Quelles sont les qualités à avoir pour bien faire votre métier ?

Le métier s’apprend. Tout le monde peut le faire. J’ai moi-même appris le métier à plusieurs personnes.

Il faut connaître les défauts, savoir ce qu’on peut ou non laisser passer et comment arranger les imperfections. Cela prend environ une année. Voire plus…

Il faut que les jeunes aient la patience. Lorsqu’ils exerceront le métier, ils verront que c’est agréable ! C’est une fierté de faire une bonne pièce pour le client !

 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.