Camille Guillaume, Affréteuse

Interview réalisée en février 2019

D’où vous vient cet intérêt pour la logistique ?

Après mes études secondaires, je souhaitais devenir pilote d’avion. Après m’être perfectionnée dans les langues, j’ai acquis ma licence de pilote privé à la Belgian Flight School. Mais, à l’époque  les perspectives d’emploi et de carrière semblaient réduites. J’ai ainsi souhaité reprendre un cycle d’études plus conventionnel. Je désirais rester dans le domaine des transports : je me suis donc tournée vers le bachelier en Management de la logistique. Ces études m’ont ouvert les yeux sur le nombre de métiers possibles dans le monde du transport et pas que l’aérien ! J’ai effectué mes deux cycles de stages dans l’entreprise Versus qui m’a engagée dès ma sortie de l’école. 

Quelles sont les activités de votre société d’affrètement ? 

Versus, la société pour laquelle je travaille, offre des solutions logistiques adaptées et flexibles (utilisation de plusieurs moyens de transport et de services logistiques) pour les entreprises manufacturières et industrielles de l’acier, du recyclage industriel, des métaux non ferreux, de l’alimentaire, des machines-outils et de la chimie. En tant que transitaire et commissionnaire expéditeur, nous proposons tous types de services en utilisant plusieurs modes de transport, tels que le porte-à-porte multimodal (acheminement de la marchandise directement chez le client en choisissant les meilleures combinaisons de transport), le transport routier (possibilité d’atteindre plusieurs destinations à travers toute l’Europe), le transport ferroviaire (via l’ensemble du réseau ferroviaire européen et même vers la Chine), le transport fluvial (liaisons vers les ports intérieurs et maritimes), le transport maritime (gestion de fret maritime international par voies conventionnelles ou conteneurs) et le transport aérien (pour assurer une livraison urgente ou sur-mesure). Nous nous occupons aussi du dédouanement : c’est-à-dire que nous effectuons toutes les démarches administratives en vue de dédouaner les marchandises tant à l’import qu’à l’export depuis tous les terminaux intermodaux européens.

Quelle que soit la destination, nous étudions les projets de nos clients et développons ensemble des solutions multimodales répondant à leurs exigences. Nous élaborons des plans basés sur des idées innovantes pour diminuer les coûts et atteindre une qualité de transport fiable et optimale.

Pouvez-vous nous citer un exemple concret de tâche que vous effectuez en tant qu’affréteuse ? 

Un client nous demande d’acheminer un conteneur de marchandises vers l’Inde : je dois planifier chacune des interventions des différents acteurs afin que le transport se passe sans problème. Pour cet exemple précis, il faut assurer le chargement de la marchandise dans le conteneur ainsi que sa sécurité, livrer le conteneur vers un de nos sites multimodal où celui-ci sera chargé sur une barge fluviale ou un camion pour arriver au port d’Anvers, selon l’exigence du client et les disponibilités des partenaires de transport. Une fois au port, je m’occupe de toutes les démarches dont les documents, pour que le conteneur soit chargé à temps sur le bon bateau en direction de l’Inde. Il reste encore à assurer le post-acheminement vers le site final du client indien, le tout en assurant l’information entre tous les intervenants. Lorsqu’il s’agit d’un nouveau client qui fait appel à nos services, il faut bien analyser sa demande et élaborer de nouvelles solutions de transport. C’est parfois complexe, mais c’est ce qui rend le métier varié et enrichissant. 

Quelles connaissances indispensables et spécifiques faut-il maîtriser pour exercer une telle fonction ? 

Des connaissances spécifiques propres aux différentes branches du transport routier, ferroviaire, fluvial, maritime et aérien. Les méthodes des entreprises varient énormément en fonction de leur place sur le marché et de leurs besoins, mais sont, en général, toutes optimisées pour une utilisation facile, rapide et intuitive. Excel est définitivement le programme basique le plus répandu ! Connaître les prix du marché et la géographie des transports est un atout important et difficile à maîtriser au début, mais cela vient rapidement avec l’expérience. 

Et au niveau des langues ? 

Nous travaillons avec énormément de néerlandophones, vu l’importance de nos connexions avec le port d’Anvers et de Rotterdam. L’anglais reste un lien universel et indispensable pour communiquer avec tous les pays du monde. L’allemand est un bon plus ! 

La profession a-t-elle évoluée ces dernières années ? 

Oui. Il faut se tenir au courant de toutes les innovations, notamment au niveau des nouveaux types de transport ou d’unités de transport (barges électriques, camions autonomes ou fonctionnant au gaz, conteneurs de plus en plus sophistiqués, etc.).

Qu’est-ce qui vous plaît dans votre métier ?

La diversité des tâches à effectuer ! Mais je trouve aussi stimulant de devoir résoudre des problèmes ponctuels qui peuvent arriver n’importe quand et pour lesquels il faut trouver des solutions parfois « alambiquées ». 

C’est un métier qui demande à être constamment en contact avec les clients et les fournisseurs. Le retour d’information est très important et avoir un bon contact avec ses partenaires aide énormément.

Quelles éventuelles difficultés rencontrez-vous dans l’exercice de votre profession ?

La gestion simultanée de plusieurs activités : le traitement de dossiers différents, répondre aux e-mails et coups de téléphone constants, s’occuper de la facturation, etc. Il faut aussi pouvoir respecter toutes les exigences des clients et savoir les faire coïncider avec les possibilités proposées par les fournisseurs. 

Si vous deviez citer les qualités essentielles pour exercer votre métier, quelles seraient-elles ?

Flexibilité, débrouillardise, grande rapidité d'exécution, polyvalence, rigueur et organisation.

 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.