Carole Brunin, Architecte

Interview réalisée en janvier 2012

Quel est votre parcours scolaire, professionnel?

J'ai suivi des humanités générales à Sainte-Marie Namur, avec une option latin-langues. Je me suis ensuite inscrite à Saint-Luc Liège en architecture où j'ai fait toute ma formation. J'ai également suivi le CAP (Certificat d'Aptitudes Pédagogiques) pour enseigner.

 

Qu'est-ce qui vous a donné envie de vous diriger vers l'architecture?

C'est une question que je me pose encore aujourd'hui…

Probablement, dans un premier temps, pour l'envie de créer des espaces pour les autres. Tout cela revêt une dimension sociologique, parce qu'il faut tenir compte de la vie des gens, de leurs habitudes, de leurs souhaits, de leurs désirs.

Ensuite, inconsciemment, c'est une manière comme une autre de laisser une trace…

Concrètement, quel est le rôle d'un architecte? Les étapes de votre travail?

Le rôle d'un architecte n'est pas juste un rôle de technicien. C'est un rôle avec de multiples facettes : social par l'écoute, le développement d'idées, le contexte des projets…, culturel, technique, juridique…

Le premier contact est le plus important. C'est lors de cette première rencontre que l'on peut sentir les choses. C'est là que le client va nous donner ses desideratas, ses rêves…

Sur cette base, en tenant compte de données économiques et urbanistiques, nous allons développer un projet proche de l'individu.

Ensuite, vient la phase technique avec le projet d'exécution, le suivi de chantier, la coordination des entreprises impliquant beaucoup de patience, de diplomatie, de solutions pratiques ou techniques à trouver parfois dans l'urgence.

Est-ce un travail de bureau ou de terrain?

Les deux, même si la partie "administrative", paperasserie… prend de plus en plus de temps.

Quelle est votre clientèle?

50% privée, via le bouche à oreille principalement, 50% via des concours ou des appels d'offre.

Quels sont les types de projets sur lesquels vous intervenez?

es maisons d'habitations privées, des rénovations ou extensions.

Des projets de restauration de patrimoine classé, des projets pour des asbl, des collectivités.

Des projets publics comme des logements sociaux, des projets culturels…

Selon vous, quelles sont les qualités à posséder pour devenir architecte?

De la patience, de l'inventivité, de la débrouillardise et une force de caractère.

Qu'est-ce qui vous plait le plus dans votre travail? Le moins?

Le plus : la polyvalence des tâches et des projets.

Le moins : la partie administrative, le fait que nous soyons dans un monde où il est difficile de faire confiance et donc devoir se prémunir d'éventuel préjudice tout le temps…

Quelles sont les évolutions que vous remarquez dans l'exercice de votre travail? Les demandes des clients évoluent-elles? Comment y faites-vous face?

Les évolutions sont : Internet et son offre : les clients vont de plus en plus sur des forums où ils pensent trouver des réponses et donc ils ne font plus forcément confiance à l'architecte et l'offre de plus en plus large de matériaux nouveaux et donc la difficulté de tout suivre pour en informer les clients ou répondre à leurs questions.

Les demandes des clients sont souvent économiques d'où la difficulté de concevoir des projets pour des budgets réduits.

J’y fais face en m'informant (lecture, formation, salon, conférence…), en enseignant (cela permet de me remettre souvent en question…), en trouvant des solutions inventives!

Quels sont les conseils que vous donneriez à un jeune qui veut se lancer?

Avoir du caractère, ne pas baisser les bras.

 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.