Chantal Herman,
Responsable administrative Ecole de Sciences Politiques

Interview réalisée en janvier 2009

Responsable administrative de l'Ecole des Sciences Politiques et Sociales à l'UCL, Chantal Herman décrit le bachelier et les trois masters de son université.

Quels sont les grands axes de formation du bachelier en Sciences politiques ?

Le 1er cycle vise à fournir à l'étudiant une base disciplinaire en science politique afin qu'il puisse décoder les phénomènes sociopolitiques, développer son analyse critique, poser les premiers jalons d'une démarche scientifique et élaborer des rapports respectant des exigences de forme et de fond. Au cours de sa formation de 1er cycle, l'étudiant aura aussi développé ses aptitudes à la communication orale et écrite, en français et dans deux langues étrangères : l'anglais et une langue à choisir parmi le néerlandais, l'allemand ou l'espagnol. Concrètement, la 1ère année de ce bachelier ouvre sur les principales disciplines des sciences humaines (sociologie, histoire, philosophie, économie politique, droit…) et initie aux sciences politiques. La 2e année développe les premiers outils méthodologiques et les connaissances dans les disciplines des sciences politiques via des cours comme "Sociologie politique", "Système politique et administratif de la Belgique" ou encore "Régimes politiques contemporains", et la 3e année poursuit l'acquisition de ces outils, aborde les institutions politiques européennes ainsi que la géopolitique et introduit à un travail plus spécifique autour des relations internationales, de l'action publique et de la politique comparée. Il y a aussi un cours de sciences politiques en anglais de même qu'un séminaire de travail universitaire : on y apprend à manier les outils de sa discipline autour d'une thématique (par exemple la mondialisation, l'immigration, l'emploi et le chômage…). Ce séminaire débouche sur la rédaction d'un travail personnel.

Quelles mineures peut-on choisir dans ce bachelier ?

Il y a en a 37 à partir de la 2e année. Parmi celles-ci on peut citer la philosophie, le droit, la sociologie et l'anthropologie, l'histoire, l'économie, les études européennes, la théologie, la culture et création, l'histoire de l'art et l'archéologie, la musicologie, les études littéraires, les sciences de la population et du développement… Si certaines d'entre elles apportent une plus-value professionnelle, d'autres permettent de découvrir une discipline tout à fait différente, et pourraient faciliter un passage éventuel vers un master autre que celui des sciences politiques.

Quels types de masters sont ensuite ouverts aux étudiants de l'UCL ?

S'ils souhaitent continuer dans le domaine des sciences politiques, ils peuvent opter pour l'un des trois masters :
- master en Sciences politiques, orientation générale qui permet de comprendre la complexité sociopolitique (partis politiques, processus électoraux, mouvements sociaux…) et développe des compétences de recherche fondamentale et appliquée en sciences politiques et plus particulièrement en politique comparée. Au terme de ce master, l'étudiant aura acquis une connaissance théorique et pratique du fonctionnement des systèmes politiques et des acteurs multiples de la prise de décision politique. Outre une finalité approfondie (orientée vers la recherche) et didactique (pour l'enseignement), il comprend une finalité spécialisée en conseil politique : marketing, lobbying et opinion publique qui offre une série de cours au confluent de la politique comparée, de l'analyse des politiques publiques et de disciplines connexes (droit, communication, éthique) permettant de développer une expertise dans les domaines du conseil politique

- master en Sciences politiques, orientation relations internationales qui traite de l'environnement mondial : de la commune à l’ONU, des négociations entre Etats au rôle des ONG, de la géopolitique de la puissance à la gestion des crises internationales. Il existe deux finalités spécialisées. La première est orientée vers la diplomatie et la résolution des conflits qui prépare à la carrière internationale en développant une compétence spécifique dans l'étude de la scène internationale et de la résolution des conflits. La deuxième, uniquement organisée à l'UCL, est spécialisée dans l'action humanitaire et permet de comprendre les conflits et les situations qui nécessitent la mise en oeuvre, la gestion et l'évaluation d'interventions humanitaires sur la scène mondiale

- master en Administration publique propose quant à lui une formation axée sur l'analyse des multiples enjeux posés aux institutions et aux acteurs dans le cadre de la conduite de l’action publique, l’acquisition des méthodes et des outils visant à l’efficacité dans la gestion en secteur public et la modernisation et l'évaluation permanente du changement dans les organisations publiques. Il prépare à diverses fonctions de direction ou d'encadrement dans des organisations publiques (national, régional, local) ou dans des organismes travaillant en collaboration avec ces organisations (partis politiques, syndicats, organisations professionnelles…). Trois finalités spécialisées sont proposées : "Management et évaluation des politiques publiques", "Management et politiques européennes", "Politiques publiques et durabilité".

Remarque : les autres universités peuvent proposer d'autres finalités.

Il existe aussi la possibilité de faire dans quatre universités, dont la vôtre, un master en Etudes européennes. De quoi s'agit-il ?

Cette formation fournit les connaissances et les éléments d’analyse nécessaires à l’intelligence et à l’évaluation du processus d’intégration européenne et prépare aux professions qui sont
concernées par la dimension européenne dans les domaines de l’administration publique (européenne, nationale, régionale et locale), de la représentation des intérêts ou encore les diverses activités économiques et sociales pour lesquelles une expertise en études européennes est requise. Le programme fournit les connaissances économiques, juridiques, historiques relatives à l’intégration européenne en même temps qu’il forme à l’analyse de ses aspects politiques tant internes qu’externes. En mettant notamment l’accent sur les ressources budgétaires et la formation des décisions européennes, la finalité "Dimensions et moyens des politiques européennes" est centrée sur les principales politiques internes de l’Union tandis que la finalité "L’Europe dans le monde" est tournée vers le rôle de l’Union, acteur global des relations internationales à l’ère de la mondialisation. Le séminaire "Penser l’Europe" apporte une dimension d’interdisciplinarité au programme. Un certain nombre de cours du programme est donné en anglais. Outre la connaissance et l’usage du français et de l’anglais qu’il présuppose, le programme comprend aussi l’apprentissage d’une autre langue.

Par ailleurs, l'UCL propose un master en Politique économique et sociale. En quoi consiste-t-il ?

Ce master, uniquement organisé en horaire décalé, s'attache à développer plusieurs capacités :
- maîtriser les éléments essentiels des cadres d’analyse disciplinaires permettant d’appréhender les principales questions économiques et sociales de la société contemporaine (économie politique, sociologie, psychologie sociale et philosophie)

- maîtriser les différentes dimensions des politiques économiques et sociales 

- situer les acteurs et les enjeux dans leur contexte historique, institutionnel et culturel

- formuler des propositions concernant ces politiques et/ou des dispositifs spécifiques.

Deux finalités spécialisées sont proposées : "Politique et gestion de projets" et "Analyse et évaluation des politiques".

Quelles qualités doit-on avoir avant d'entamer ces études en sciences politiques ?

Ouverture d'esprit, attrait pour les langues étrangères, curiosité intellectuelle, être passionné par l'actualité.

Y a-t-il des pré-requis?

Non aucun. Des étudiants ayant le CESS général sont normalement capables de suivre ces études. Les langues sont assez importantes dans la formation, mais des cours de remédiation sont prévus pour les étudiants qui présenteraient certaines difficultés dans ce domaine. Il vaut toutefois mieux particulièrement apprécier apprendre l'anglais pour aborder ces études.

Comment choisir l'université ?

Plusieurs éléments peuvent être pris en compte comme la proximité avec son domicile, les infrastructures, l'encadrement pédagogique mais aussi d'autres davantage axés sur le contenu des cours. Ainsi, les mineures peuvent être différentes d'une université à l'autre, de même que toutes les finalités ne sont pas organisées partout. Il faut donc bien s'informer. Les universités organisent aussi des journées portes ouvertes durant lesquelles, c'est du moins le cas à l'UCL, il est possible de rencontrer d'anciens diplômés en sciences politiques, et des cours ouverts durant les vacances scolaires.
 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.