Charles Kaisin, Designer

Interview réalisée en août 2011

En quoi consiste concrètement votre métier de designer?

Il s’agit de concevoir des objets où l'aspect de l'innovation est un critère déterminant dans la finalité de ces objets.

 

Quels sont les objets que vous créez?

Au bureau, nous travaillons sur des objets fonctionnels, des objets liés à des recherches de matière, de forme, de processus créatifs et sur des installations.

 

Parlez-nous des différentes étapes de votre travail...

Je suis entouré d'une dizaine de personnes au bureau, c'est donc un travail d'équipe où j'ai le rôle du directeur artistique. Nous travaillons à partir de dessins, croquis et puis très vite nous réalisons des maquettes, des prototypes. Le passage à la 3e dimension est primordial. Vient ensuite le prototype à échelle réelle, les matériaux réels afin de valider la version finale de l’objet.

 

Quel est votre parcours?

J’ai fait des études d'architecture à St Luc Bruxelles. J’ai suivi des stages à Paris chez Jean NOUVEL, à Wuppertael chez Tony CRAGG. Je suis aussi allé à Londres au Royal College où j’ai suivi l’atelier de Ron ARAD ainsi qu’à l’Université des Arts de Kyoto.

 

Qu'est-ce qui vous a donné envie de devenir designer?

L'ouverture de cette discipline. A partir du moment où toute chose peut être dessinée, de nombreux champs d'application sont ouverts, comme par exemple le fait de dessiner chaque année maintenant un chocolat pour Pierre Marcolini.

 

Où puisez-vous votre inspiration?

Le travail, le travail et la recherche.

 

Vous enseignez également. Qu'est-ce que vous apprenez concrètement à vos étudiants?

J'essaie de leur transmettre des outils de création, de leur apprendre à exploser les limites du convenu, à développer de nouvelles approches.

 

Vous présentez vos créations dans des salons, dans des foires. Comment cela se passe-t-il? Quel est le but?

Il s’agit d’une des manières de faire connaitre nos travaux.

 

Selon vous, quelles sont les qualités à posséder si l'on veut devenir designer?

Comme pour tout métier artistique : le travail, la persévérance, la volonté.

 

Qu'est-ce que vous appréciez le plus dans votre travail? Le moins?

J’aime la richesse des expériences humaines, les rencontres. J’aime moins le fait de devoir démarcher pour trouver des éditeurs.

 

Quels sont les conseils que vous donneriez à un jeune qui veut se lancer?

Développer sa singularité, trouver son registre et créer, créer, créer.

 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.