Charlotte Joulia, Scripte

Interview réalisée en septembre 2010

Charlotte a travaillé en tant que scripte sur de différents courts métrages et longs métrages ainsi que sur des téléfilms. 

Pourriez-vous nous parler du métier de scripte? En quoi consiste-t-il?

Le scripte est un des bras droits du réalisateur, avec l’assistant réalisateur. C’est une personne qui est en charge de la continuité (du temps, du rythme, des costumes, des accessoires…) sur un tournage. On s’assure que tout soit raccordable, que tous les plans puissent se raccorder l’un à l’autre. C’est un peu la mémoire, la secrétaire du film. Concrètement, il y a plusieurs rapports à remplir: un rapport pour le montage dans lequel on répertorie toutes les prises, tous les plans qui sont tournés, avec les indications techniques des caméras, etc. La supervision de la continuité sur le plateau va faciliter le travail du monteur plus tard.

On réalise également un rapport de production qui est en quelque sorte un journal de bord ou ce que l’on appelle également un « mouchard ». Il informe la production heure par heure de ce qui a été tourné dans la journée, du nombre de personnes présentes, des accessoires particuliers, etc. Ca permet aux producteurs qui ne sont pas forcément sur le plateau de voir ce qui s’est passé et de voir ce qui a pris du retard par exemple.

Enfin, il y a aussi un rapport image mais avec l’arrivée du numérique, ce dernier est un peu différent aujourd’hui. Avant, ce rapport expliquait ce qu’il y avait sur la pellicule qui partait au labo de développement. Maintenant, on fait la même chose mais avec des cassettes ou des fichiers numériques.

Quelles sont les différentes étapes de votre travail?

Grosso modo, il y a trois grandes étapes dans la fabrication d’un film. La préparation, le tournage et la post-production. La scripte intervient essentiellement dans les deux premières. Avant le tournage, tout dépend de la relation que l’on a avec le réalisateur. On s’adapte en fonction de ce dernier. On effectue le pré-minutage du film. Avec un chronomètre et sur base du scénario, on calcule la durée de chaque séquence de façon à avoir une estimation de la durée totale du film. Outre le réalisateur, ce travail servira également à l’assistant réalisateur pour qu’il réalise son plan de travail. Ce pré-minutage est très important en télé notamment car les films sont calibrés (90 minutes, 50 minutes…). On assiste aussi au découpage du film par le réalisateur. C’est utile de voir comment il va découper son film pour mieux travailler sur le plateau ensuite. La préparation est utile aussi pour repérer les changements de costumes, les changements de jours de continuité,etc.

Sur le tournage, on chronomètre chaque plan et on compare avec le pré- minutage pour voir si on est proche ou pas de l’estimation, si on est plus court ou plus long… Il faut ajuster le rythme du film par rapport à ces données. On fait aussi attention à la continuité dans le jeu. Si par exemple la comédienne court dans une séquence, dans la séquence qui suit, elle doit être essoufflée! On remplit donc tous les rapports, en notant tous les détails techniques et artistiques.

Selon le réalisateur, le travail peut être différent car il y en a qui travaillent beaucoup avec le chronomètre et d’autres qui ne s’en soucient pas et qui font ça au montage. Ensuite, on donne nos rapports au montage et on n’intervient que lorsque le monteur a des questions sur la façon dont on a numéroté les séquences, par exemple.

Travaillez-vous uniquement pour le cinéma?

Je travaille sur des courts métrages, des longs métrages mais aussi pour des téléfilms ou des séries. Le travail est le même mais le rythme est beaucoup plus soutenu en télévision. Comme on travaille plus vite, on est aussi moins précis dans certains raccords. Par contre, sur des émissions télé (le JT ou autres), le métier est complètement différent. C’est plutôt un travail de bureau, il n’y a pas forcément de présence sur le tournage. Il s’agit toujours de chronométrer et de gérer la continuité mais cela ne se fait pas dans les mêmes conditions.

Quel est votre parcours?

Je suis Française et j’ai fait un BTS (Brevet Technicien Supérieur) en audiovisuel option image. C’est donc une formation destinée à être cadreuse, chef opératrice. Comme je ne voulais pas travailler à Paris, je suis venue en Belgique pour trouver des stages sur des plateaux de cinéma. J’ai d’abord été stagiaire dans le domaine de l’image (chef op’, stagiaire caméra) et c’est là que j’ai découvert le métier de scripte. J’ai donc cherché d’autres stages en script. J’ai ensuite trouvé du boulot sur des courts puis des longs métrages.

Qu’est-ce qui vous a donné envie de faire ce métier?

Au départ, je voulais écrire et réaliser mes films (ce que je fais actuellement). Je me suis donc dit que j’allais d’abord me familiariser avec un plateau de tournage. La scripte occupe pour cela une place privilégiée car on est toujours à côté du réalisateur, derrière le combo qui est l’écran dans lequel on regarde ce que filme la caméra. Quand le courant passe bien avec le réalisateur, on est vraiment intégré, on voit tout ce qui se passe, sa réflexion. De plus, on travaille avec tous les corps de métier: la costumière, la maquilleuse, le réalisateur, l’assistant réalisateur, les techniciens, etc. C’est un poste central à travers lequel on peut voir comment travaillent les autres.

Quelles sont les connaissances et les qualités à posséder pour devenir scripte?

Pour devenir scripte, je pense qu’il faut posséder un minimum de connaissances techniques. C’est pas mal de connaitre la signification de certains termes que l’on utilise beaucoup sur un plateau comme une optique, une focale, une ouverture…Se familiariser avec le jargon, connaitre la grammaire cinématographique (champs, plans, etc.). Des connaissances en montage sont bien évidemment utiles aussi car on supervise ce dernier sur le tournage! Il faut aussi savoir quand intervenir, quand on peut prendre la parole. Ces compétences amènent donc des qualités puisqu’il faut un très bon sens de la communication, être à même de sentir quel est le moment approprié pour intervenir. Il faut donc de la discrétion, ne pas prendre trop de place sur un tournage… Il faut aussi pouvoir travailler en équipe, bien gérer le stress car on est quand même au premier front! Il faut pouvoir gérer les comédiens, le réalisateur, l’assistant et la costumière et tout ça, en même temps! Et puis, il faut aussi être très organisé. On a beaucoup de notes, de papiers, de choses à retenir et quand quelqu’un nous demande une info, il faut pouvoir trouver la réponse et répondre tout de suite.

Comment expliquez-vous le fait que ce soit un métier presque exclusivement féminin?

Peut-être pour toutes les qualités que je viens de vous citer et qui sont plutôt féminines (rire). Il faut savoir qu’historiquement, cette fonction était occupée par les secrétaires des studios de cinéma. Et comme ces secrétaires étaient essentiellement des femmes, cela vient donc à mon avis de là. Selon moi, vu qu’il s’agit aussi d’un milieu très masculin (même si ça a tendance à se féminiser), la présence d’une femme sur un plateau amène quelque chose en plus, plus de calme… Le côté organisé avec des petits cahiers, des petits crayons correspond peut-être plus aux femmes qu’aux hommes. Au départ, le métier de monteur était aussi occupé par des femmes car il fallait être minutieux, découper les pellicules avec des petits ciseaux, etc.

Quelles sont les difficultés de votre travail?

L’alternance entre deux périodes différentes de travail n’est pas facile à gérer. On passe d’une période de tournage intense, très « speed » à une période d’accalmie après le tournage. Ce n’est pas toujours évident de passer de l’une à l’autre, ça prend du temps. Ce n’est pas non plus évident de chercher tout le temps du boulot! Il y a énormément de scriptes, pas beaucoup de tournages et donc, il faut se battre un peu et être patient. Il faut accepter de ne pas avoir de boulot tout le temps.

Qu’est-ce que vous appréciez le plus dans le métier de scripte?

J’apprécie le fait de rencontrer des gens différents à chaque tournage et de travailler avec ces personnes en équipe. 

Quelles sont les conditions de travail?

Je suis engagée au contrat, au projet. J’ai alors le statut d’employée, je facture ou fais facturer mes prestations via les boites de facturation (SMart, par exemple). Quand je ne travaille pas, j’ai le statut d’artiste. Il n’y a pas vraiment d’horaire mais on peut travailler de trois façons: soit en horaire de jour, soit de nuit ou selon un horaire mixte, moitié jour, moitié nuit. Ça, on ne le sait que quand on reçoit le plan de travail mais il arrive souvent de déborder de l’horaire initialement prévu. De plus, on peut être amené à travailler un peu partout en Belgique. Bref, ce n’est pas évident de mettre en place une vie de famille dans ces conditions là. Il faut être très flexible.

Quels conseils pourriez-vous donner à un jeune qui veut se lancer?

Faire des stages est pour moi la meilleure des choses. Je ne pense pas qu’il soit indispensable de faire une école si l’on est vraiment passionné et débrouillard. Ce n’est pas évident, il faut persévérer mais c’est possible. Cependant, je pense qu’une formation en montage peut être très utile quand même.

Vous parliez de votre désir de devenir réalisatrice. Avez-vous des projets?

Oui, j’ai déjà réalisé trois courts métrages et en ce moment, je suis en train d’écrire un long métrage et d’en co-écrire un autre. J’espère pouvoir les faire dans pas trop longtemps! Même si j’en fais toujours car j’ai encore besoin d’argent, à terme, je compte abandonner le métier de scripte pour la réalisation uniquement.

 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.