Charly Stamatopoulos,
Administrateur d'une société de mareyage

Interview réalisée en mai 2010

Charly Stamatopoulos, administrateur de Seamar S.A.

En quoi consiste votre activité au quotidien ?

Seamar est une société de mareyage qui compte 25 travailleurs. En tant que mareyeur, mon activité consiste à acheter du poisson et à le revendre. Le service d’achat recherche des produits frais et des produits congelés dans le monde entier aux meilleurs prix. Le poisson est redistribué, entier ou retravaillé, auprès de la restauration et de différents hôtels en Belgique. Les différentes opérations que nos ateliers assurent sont : mettre en filet, enlever la peau, découper en portions.

Concrètement, le responsable des achats en poissons frais de Seamar reçoit chaque matin à Bruxelles les offres de tous les grands ports de pêche. Il les analyse et passe les achats par téléphone directement auprès des criées du monde entier. Actuellement, avec les moyens de communication et de transport qui existent, nous nous fournissons en Australie comme au Portugal ou en Belgique. Le mareyeur d’une société internationale comme la nôtre ne peut plus se rendre physiquement dans chaque port ! Nous avons des contacts dans tous les pays. Parfois, nous passons par des intermédiaires qui se rendent dans les criées, achètent et nous livrent mais, dans la majorité des cas, les ordres d’achats sont donnés par téléphone.  

Le responsable des achats en produits congelés négocie la marchandise par container auprès des différents pays avec lesquels nous travaillons comme la Chine, le Bengladesh, le Vietnam ou l’Espagne. 
Pour être mareyeur, il faut prouver sa capacité de gestion, comme pour lancer n’importe quelle société. Il n’y a pas d’accès à la profession, mais il faut avoir des locaux agréés en fonction des dernières normes européennes et donc disposer d’un numéro d’agrément. Nous devons répondre aux exigences de l’AFSCA, l’Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire. 

Pour vendre du poisson, il faut mettre au point un plan de traçabilité HACCP. Cette méthode permet d’identifier et de maîtriser les facteurs qui risquent de compromettre la sécurité des produits alimentaires.

Nous organisons des contrôles internes et nous avons aussi recours à des audits externes. 
Quelles sont les qualités nécessaires pour exercer votre profession ? 
Il y a différents postes dans une société de mareyage : atelier de production, services administratif et comptable, service des achats et service commercial. Les qualités varient en fonction des postes occupés.

Un mareyeur doit avoir une grande expérience du poisson, connaître tous les produits, les prix d’achat, les fournisseurs, les saisons, l’état des stocks… Il doit aussi être capable de jongler avec la météo. Imaginons que le temps se gâte. Une tempête est prévue mercredi. Le mareyeur doit acheter plus de poisson dès le lundi pour anticiper le manque à gagner du milieu de semaine. Il faut connaître et prévoir les problèmes et donc avoir des sources d’information fiables dans tous les pays.
Pour le poisson congelé, il faut aussi jongler avec les cours des monnaies.

Quels sont les avantages et les inconvénients de votre métier ?

C’est un métier diversifié qui permet de voyager énormément, mais c’est aussi un métier très stressant puisqu’on travaille avec de grosses sommes d’argent et des denrées périssables.

Quel est l’horaire de travail ?

Notre société travaille 24 sur 24. Deux équipes se relayent, de jour comme de nuit. En effet, les restaurants passent leurs commandes tard le soir sur un répondeur téléphonique et veulent être livrés le matin avant 11h. Répondre à leur demande en temps et en heure nécessite une bonne organisation et un travail  d’encodage et de préparation importants.

Quelles études avez-vous faites pour accéder à votre profession ?

Il n’y a pas d’école. Le métier s’apprend sur le tas. Notre responsable des achats travaille depuis 40 ans dans le poisson. D’ailleurs, c’est l’ancien propriétaire de la société. Seule l’expérience compte.

Quelles a été votre parcours professionnel?

J’ai pratiqué pendant douze ans le courtage en assurances, en crédit et en placement puis je suis arrivé ici. 

Pourquoi avez-vous choisi ce métier ?

C’est un concours de circonstances. Cette société familiale était à remettre. Je me suis associé avec mon beau-frère pour racheter Seamar.

 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.