Christian Kerkhof, Agent de comptoir

Christian Kerkhof est agent de comptoir, responsable de Flash Travel.

Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Je suis agent de comptoir depuis 25 ans.  J'ai travaillé pendant 24 ans pour une agence de voyages importante. Ensuite, j'ai voulu passer de l'autre côté de la barrière et devenir indépendant.  Mon agence a donc ouvert ses portes, il y a maintenant un an et demi. Elle appartient à un groupement d'agences unies afin de faire face au monopole des tours opérateurs en réalisant un chiffre d'affaires plus important.

Comment se déroule une de vos journées ?

Le travail d'agent de comptoir est avant tout basé sur la réception.  Si vous n'avez pas le sourire aux lèvres et si vous n'êtes pas accueillant, ça ne va pas.  Donc, vous devez être capable d'accepter l'humeur, les difficultés et les problèmes de vos clients.

Au départ, tout est basé sur le rapport client-vendeur : cette personne a une idée de voyage en tête et c'est à vous de réaliser son rêve grâce aux différentes combinaisons qu'offre votre agence de voyages.  Bien entendu, le touriste a sa propre idée de voyage.

Ce qui est passionnant, c'est de faire jouer à chaque fois différents paramètres.

Combien de personnes travaillent dans votre agence ?

Pour l'instant, je travaille seul.  J'ai l'intention d'engager quelqu'un assez rapidement.

Quelles sont les qualités professionnelles requises pour travailler en agence ?

Il faut avoir de bonnes connaissances géographiques ainsi qu'une solide base au niveau des langues étrangères. J'insisterai sur la pratique courante du néerlandais. En Belgique, il y a plus de Flamands que de Wallons qui partent en voyage.

Quels sont les diplômes nécessaires pour travailler en agence ?

A la fin de mes humanités, j'ai suivi 2 ans de cours techniques au CERIA (Centre d'Enseignement et de Recherche des Industries Alimentaires).

Quels sont les avantages du travail d'agent de comptoir ?

La possibilité de voyager à moindre prix.

Quelles sont les aptitudes requises pour exercer votre métier ?

Il faut avoir la passion du métier, aimer le contact avec la clientèle, savoir accueillir les futurs touristes, pouvoir les conseiller, être capable de répondre correctement au téléphone, s'exprimer avec aisance.

Votre formation d'école de tourisme vous suffit-elle pour exercer votre métier ?

Oui.

Avez-vous beaucoup de formation interne ?

Oui, bien entendu.  Les tours opérateurs proposent régulièrement de nouvelles destinations.  Il faut donc s'informer sur ces nouveaux voyages et les réaliser afin de pouvoir renseigner la clientèle de la meilleure façon possible.

Quels sont les métiers qu'on peut exercer dans votre agence ?

Agent de comptoir et réceptionniste.

Avez-vous reçu une formation spéciale à l'accueil ?

Non, c'est inné.

Devez-vous suivre des cours de recyclage ?

Bien entendu.  Pour nous, un recyclage c'est être invité par un tour opérateur qui lance une nouvelle destination.  Nous partons donc réaliser le voyage pour être capable de renseigner convenablement la clientèle.

Quels sont les autres débouchés de votre formation ?

Le travail de réceptionniste pour une agence de voyages ou un tour opérateur.  Il faut savoir que lorsqu'on travaille pour un tour opérateur, on n'entre pas en contact avec les touristes.

Est-ce un métier plutôt féminin que masculin ?

Il n'y a pas de discrimination.  Il suffit de savoir accueillir le client.

Pensez-vous qu'il existe encore des débouchés dans ce domaine ?

Bien sûr, cela ne fait que commencer.  Le tourisme, dans les agences de voyages, ne représente qu'une vingtaine de pour-cent  du marché global du tourisme.

Que peut-on espérer gagner en tant qu'agent de comptoir ?

En débutant, il ne faut pas s'attendre à gagner beaucoup d'argent (un stagiaire gagne, environ, 13.000 fb par mois (322,26 €).

L'idéal, c'est de débuter en travaillant dans une grosse agence de tourisme et ensuite, chercher à créer sa propre agence.

 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.