Christophe, Courtier en assurances

Quelle est votre formation ?

J'ai été diplômé en 1975 de l'Ecole d'Administration des Affaires à l'ULG.

Quel est votre parcours professionnel ?

J'ai tout d'abord été directeur dans une entreprise de nettoyage industriel (LAURENTY S.A.) où j'y suis devenu adjoint à la Direction Générale.

Ensuite, j'ai travaillé comme délégué commercial à la FAMIBANQUE S.A.

Après avoir créé un département Assurances, j'ai développé la S.A. Assurances Mosanes par le rachat systématique de portefeuilles d'assurances.

Nous sommes actuellement classés dans les 200 premiers bureaux de courtage de Belgique.

Qu'est-ce qui vous a motivé à choisir la profession de courtier ?

L'intérêt et l'opportunité de développer une nouvelle société.

Concrètement, comment percevez-vous les différences entre un courtier et un agent d'assurances indépendant ?

Le courtier assure le mode de distribution de l'assurance le plus répandu en Belgique. Le courtier est indépendant et peut choisir les compagnies avec lesquelles il souhaite travailler. Il n'est pas inféodé à une compagnie comme l'agent d'assurances.

Quelles sont, selon vous, les qualités indispensables pour exercer votre profession ?

Il faut être, à la fois, sérieux et rigoureux, organisé, avoir un sens aigu de la communication, être serviable et aussi très disponible.

Comment percevez-vous la récente réglementation de l'accès à la profession ?

Toute réglementation d'accès à la profession est bonne en soi. Elle protège le consommateur de l'amateurisme de certains confrères du passé. Elle oblige à devenir un véritable professionnel de l'assurance avec formation obligatoire de tout le personnel d'un bureau de courtage.

Quelle est la journée type d'un courtier ?

Il n'y a pas à proprement parler de journée type. Tout dépend des demandes de la clientèle.  Le travail se répartit entre la gestion administrative au bureau - contacts avec les compagnies, régularisations des contrats, gestion des sinistres, accueil des clients au bureau- et le travail commercial à l'extérieur, le plus souvent l'après-midi ou en soirée - visites clients sur rendez-vous uniquement.

Comment organisez-vous la prospection de votre clientèle ?

La prospection n'est pas très développée dans le milieu du courtage. Beaucoup d'entre nous souhaiterions en faire, mais la mise en oeuvre des procédures est particulièrement difficile et coûteuse.

Les compagnies proposent régulièrement une assistance à la prospection (lettre mailing + relance téléphonique avec prise de rendez-vous) pour commercialiser un produit déterminé.

Le développement d'un portefeuille se fait essentiellement par le bouche à oreille ou par le rachat qui reste la meilleure manière de progresser rapidement (encore faut-il en avoir les moyens financiers).

Quels sont les avantages et les inconvénients liés à votre profession ?

Il existe de nombreux avantages. Il s'agit tout d'abord d'un travail varié dans lequel nous avons à la fois une grande liberté d'action, mais aussi d'organisation. Pour ma part, j'estime que l'environnement est peu stressant par rapport à d'autres professions. De plus, notre rémunération est correcte.

Le seul inconvénient, en ce qui me concerne, réside dans la charge importante de travail.

Quel est votre mode de rémunération ?

La plupart de mes confrères sont des indépendants. Pour ma part, je bénéficie d'un statut d'employé avec un fixe et quelques avantages complémentaires.

 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.