Cougneau, Dentiste

Qu'est ce qui vous a motivé à exercer ce métier ?

J'ai décidé de faire ce métier car j'aimais la médecine mais comme il y avait trop d'année d'études, j'ai préféré me lancer dans la dentisterie.

Quelles sont les qualités requises pour être dentiste ?  

Rester maître de soi, être calme en toute circonstance. Car il faut toujours pouvoir faire face à toutes les situations. Si l'on s'énerve, à un moment ou un autre, on perd pied.

Arrive-t-il qu'il y ait des dérapages ?

Oui, bien sûr. Dans ce cas là, il faut qu'on sache rester stoïque et envoyer le patient à l'hôpital. Mais c'est rare.

Quelles sont les avantages d'être un dentiste indépendant ? 

On est chez soi, il ne faut pas prendre la voiture trop souvent et on est pas stressé par les bouchons avant d'arriver au travail.

Et les inconvénients ?

A l'hôpital, on est en groupe et on travaille ensemble. C'est plus agréable mais le problème est que le jour où tout dérape, tout le monde remet la faute sur tout le monde et il n'y plus d'entente. De plus, on n'est pas bien payé.

Quelle est la journée-type d'un dentiste ? 

Le matin, j'organise mon planning selon les demandes mais à partir de 17h, je ne réponds plus au téléphone.

Cela arrive-t-il qu'il y ait des urgences le soir ? 

Oui mais je n'accepte que si le patient est bien dans une situation où il y a un risque d'aggravation autre dans les heures qui suivent.

Pourriez-vous me décrire brièvement vos années d'études ?

Les premières années à l'université étaient essentiellement théoriques. J'ai commencé la pratique vers la 3 eme année. J'étais dans une clinique spécialisée avec trois de mes camarades. En dernière année, j'ai présenté mes examens pratiques. Le patient était un vrai patient mais on le prévenait quand même qu'on était en fin de licence et qu'on avait déjà un an de pratique derrière nous afin qu'il ne panique pas.

Quels sont les principaux instruments de travail d'un dentiste ?

Il y a notamment des curettes, un miroir, une turbine, une seringue, une sonde, des lampes pour polymériser, des instruments mécanisés pour faire des soins de racines, des instruments pour désinfecter,... Maintenant, j'ai un appareil à radio numérique. Quand on est dentiste, l'hygiène est primordiale. Contrairement à la France, en Belgique il n'existe pas de contrôle alors rien n'est obligatoire. Il existe des médecins qui utilisent la même paire de gants pour deux patients mais en faisant cela, il risque de faire attraper à son patient l'hépatite C par exemple.

Quels sont les coûts des instruments ?

Cela devient de plus en plus cher. Quand je me suis installé, tout m'a coûté environ 25 500 €. Maintenant, si je devrais tout refaire, ça me reviendrait à plus ou moins 75 500 €. Je remplace mon matériel tous les 5 ans, c'est une question d'hygiène et puis mes instruments fonctionnent 12h par jour, je ne peux pas me permettre d'avoir une panne qui m'empêche de travailler toute la journée.

Quel conseil donneriez-vous à un jeune qui souhaiterait se lancer dans le métier ?

Il faut s'associer avec d'autres dentistes afin de diviser les coûts des matériaux car comme je l'ai dit, tout devient de plus en plus cher. De plus, il y aura toujours quelqu'un dans le cabinet en cas d'urgence. Il pourra aussi se permettre d'avoir une secrétaire qui sera disponible pour répondre au téléphone,... L'organisation sera moins stressante. Ainsi, ils auront plus de temps à consacrer à la famille et aux loisirs. Car moi, par exemple, je suis tout seul et par moment le samedi soir, je suis encore ici à travailler.

 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.