Danny Martin,
Kinésithérapeute (sportif)

Le kinésithérapeute indépendant que nous avons rencontré fait partie d'une association de trois kinés à Bernissart (entre Mons et Tournai). Il avait commencé dans un home dans la région de Mons.

Etes-vous indépendant ou travaillez-vous dans un hôpital ?

Je suis indépendant, j'ai débuté dans un home mais bien vite, je me suis installé à mon compte. Les kinésithérapeutes salariés deviennent une espèce en voie de disparition.

Pourquoi avez-vous choisi ce métier de kinésithérapeute ?

Quand j'étais petit, je voulais devenir professeur de sport, mais une blessure aux genoux m'écarta de cette voie. J'ai choisi le métier de kinésithérapeute car il réunit mes deux passions : la gymnastique et la médecine.

Quelle est la formation à suivre pour exercer le métier de kiné ?

Idéalement, il faut suivre les cours en humanités dans une option science et gym puis entamer 4 ans en supérieur.

Quelle fut la vôtre ? En connaissez-vous d'autres accessibles aujourd'hui ?

J'ai fait le cycle secondaire en sciences math et les supérieures non universitaire, à l'époque les études duraient 3 ans.

Quel est votre domaine de prédilection ?

Mes domaines de prédilection sont la pneumologie pour les enfants et les accidents sportifs. Je travaille en soirée dans un club de football de 3e division et je fais les déplacements avec eux. Dès lors qu'ils ont un petit pépin, je suis à leurs cotés. Chez les footballeurs, les parties les plus touchées sont le tibia et l'aine.

Quels sont les avantages et les inconvénients de votre métier ?

Les avantages sont les revenus et le contact humain. Les inconvénients sont les horaires, vous savez à quelle heure vous commencez mais vous ne savez pas celle à laquelle vous terminez. En tant qu'indépendant, nous sommes lourdement taxés par l'Etat.

Quels conseils donneriez-vous à un jeune qui veut suivre votre voie ?

Trouver un emploi de salarié dans un home ou un hôpital avant de se lancer comme indépendant.

Au début, est-ce dur de se faire connaître, de trouver des patients ?

Quand on est embauché par un home ou un hôpital, nous n'avons pas beaucoup de temps pour rechercher des patients. Partir de zéro, se lancer comme indépendant est long mais payant avec le temps.

Vous tenez- vous au courant des nouvelles évolutions dans le domaine de la kinésithérapie ?

Quand le temps me le permet, j'essaie de me tenir au courant des évolutions du métier. J'assiste tous les 6 mois à des colloques et des meetings médicaux.

Travaillez-vous en collaboration avec d'autres kinésithérapeutes ?

Je travaille dans un cabinet avec deux autres collègues. Et nous tournons à trois. C'est un système qui fonctionne à merveille. Quand l'entente est bonne, le travail en association est une expérience formidable.

 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.