Doriane van Overeem, Fashion designer

Interview réalisée en juin 2015

Quel est votre parcours ?

J'ai fait 5 années d'études supérieures à La Cambre, 3 ans de bachelier et 2 ans de master.

Dès la 1ère année, j'ai effectué un stage chaque été, d'abord à Bruxelles chez Omsk, puis à Paris chez Bernhard Willhelm, à New Delhi (Inde) chez Manish Arora, à Londres chez Meadham Kirchhoff et chez Louise Gray, à Londres également.

Qu’est-ce qui vous a donné envie de faire ce métier ?

Je ne me suis jamais posé la question car j'ai toujours baigné dans cet univers grâce à ma mère.

Comment se déroule concrètement le lancement d’une collection ? Les différentes étapes?

La recherche d'inspirations sous forme de visuels, visite du salon de tissus professionnel Première Vision à Paris, les croquis de silhouettes, premiers prototypes, commandes des tissus et fabrication des pièces têtes de série, shooting lookbook de la collection, présentation de la collection lors d'un événement ouvert au public.

Qu’est-ce qui vous inspire ?

Généralement des personnages féminins fantastiques ou féeriques, remaniés avec une attitude grunge et discours punk-riot grrrl.

Qu’est-ce qui est le plus important pour vous lorsque vous créez un vêtement ? A quels aspects faites-vous particulièrement attention ?

Proposer un produit accessible tant formellement que financièrement, même s'il s'agit de haut de gamme.

Il faut que toute fille-femme se sente bien dedans, donc un vêtement confortable tout en étant élégant. Travailler une gamme de couleurs riche et des imprimés forts. Le tout dans des tissus de qualité.

Travaillez-vous en équipe ? Si oui, quels sont les profils des autres personnes qui vous entourent ?

J'ai actuellement 2 stagiaires. Une assistante styliste-modéliste et une assistante marketing.

Comment faites-vous connaitre vos créations ?

Par un réseau que j'entretiens tous les jours et en participant à des événements axés vers la création.

Quel est le rythme de travail ?

Intense. 7j/7, 10h/jour minimum.

Quelles sont les difficultés que vous rencontrez ?  

Difficultés financières. Car lancer une collection demande un capital important. Issue d'une classe modeste, je me suis tournée vers plusieurs organismes publics, concours, crowd-funding ou demandes de bourse afin de dégager plusieurs petits fonds.

Quelles qualités faut-il selon vous posséder pour exercer ce métier ?

Etre persévérant, passionné et avoir quelque chose à dire. Uniquement faire de beaux vêtements n'a pas de sens pour moi aujourd'hui.

Quels conseils donneriez-vous à un jeune qui voudrait se lancer ?

De bien s'accrocher et ne pas se décourager à la première déception, car le milieu de la mode n'est fait que d'imprévus. Etre bien entouré car il faut avoir un mental et un physique parés à toute épreuve !

 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.