Emmanuel Nicoletti,
Professeur de musique

Interview réalisée en juillet 2011

Emmanuel Nicoletti est pianiste, conseiller pédagogique, arrangeur et compositeur.

 

Quel est votre parcours scolaire?

J’ai suivi un parcours scolaire courant (CEB puis CESS) et j’ai ensuite poursuivi des études musicales au Conservatoire Royal de Musique de Liège. J’y ai obtenu l’agrégation de l’enseignement secondaire inférieur en formation instrumentale (piano) et une licence en Musique. J’ai aussi un diplôme de professeur d’éducation musicale (jury d’état).

 

Comment êtes-vous venu à la musique?

A l’époque, un cousin jouait du piano.  Mes parents m’ont demandé si ça m’intéressait d’en jouer. J’ai répondu oui et ils m’ont inscrit à l’académie de musique de Chênée.

 

Quels sont vos débuts professionnels?

Parallèlement à des prestations musicales de tous genres, j’ai commencé à exercer comme professeur de piano, piano d’accompagnement, écriture et analyse musicale dans plusieurs académies de musique et écoles privées. J’ai également enseigné l’éducation musicale dans des établissements d’enseignement secondaire ordinaire.

 

D'après vous, faut-il obligatoirement passer par le conservatoire pour faire une carrière musicale?

Tout dépend de la carrière musicale envisagée. Une carrière d’enseignant pour des disciplines artistiques nécessite une formation pédagogique dans une école supérieure des arts. Il est évident qu’une carrière de musicien classique requiert également un apprentissage dans un Conservatoire de musique. Toutefois, on constate que certaines catégories d’artistes réussissent à faire une carrière musicale en tant qu’excellents autodidactes ou musiciens amateurs sans passer nécessairement par un Conservatoire.  C’est souvent le cas pour la musique populaire, généralement chez les chanteurs et chanteuses.

 

Vous êtes également arrangeur, compositeur, enseignant...Pouvez-vous nous parler de ces différentes fonctions? Se complètent-elles?

La fonction d’arrangeur consiste à retravailler une œuvre musicale existante et à la remanier dans un but précis. Elle combine aussi la fonction de compositeur car l’arrangeur crée et écrit des parties musicales. Quelques exemples :

- à partir d’un chant donné, réaliser les partitions musicales pour les différents musiciens de l’orchestre ;

- à partir d’une mélodie, réaliser une version pour piano et chœur.

Le compositeur est en quelque sorte le créateur de l’œuvre. C’est lui qui crée la trame musicale en tout ou en partie. Il est en général l’inventeur de la mélodie et des harmonies d’une œuvre. Il peut ensuite déléguer son travail à l’arrangeur qui le met en forme (arrangements musicaux). Ensemble, le compositeur et l’arrangeur finalisent l’œuvre musicale.

L’enseignement est assez différent, il se distingue par l'apprentissage qui permet d'acquérir et de développer des savoirs et savoir-faire par le biais d’une communication verbale et écrite. Enseigner est tout un autre art. Néanmoins, on y retrouve des particularités communes dans les domaines artistiques et techniques.

Est-ce important pour vous de faire preuve de polyvalence?

C’est une question de personnalité, de volonté mais cela devient de plus en plus vital dans le monde artistique.

Quelles sont les qualités requises pour exercer ces métiers?

Etre persévérant, autonome, et mettre perpétuellement ses connaissances à jour.

Concrètement, comment d'organise votre travail? Les différentes étapes?

Actuellement, je suis conseiller pédagogique : je n’enseigne plus mais je suis au service de l’enseignement organisé par la Communauté française. La fonction consiste à accompagner les enseignants, les équipes pédagogiques et les écoles pour lesquels le Service général de l'Inspection a constaté des faiblesses ou des manquements. En outre, je suis chargé de bien d’autres missions relatives à l’enseignement en général. Le métier requiert une certaine organisation et une bonne gestion du planning. Cela se traduit par un série de déplacements dans les écoles ou pour des réunions diverses et nécessite une certaine disponibilité pour le télétravail (correspondances, élaboration de documents pédagogiques, etc.). Toutefois, je continue à exercer en tant que pianiste-répétiteur pour différents chœurs et autres évènements musicaux.

En tant que pianiste, vous jouez non seulement du classique mais aussi du jazz, de la variété/opérette, de la musique latine...Est-ce important pour vous d'être ouvert à plusieurs styles?

Oui, la musique ne doit pas être un milieu restreint. Elle doit pouvoir toucher tout public.

Le tout est une question d’envie, de gout, de curiosité, de détermination.

Qu'est-ce que vous appréciez dans votre travail? Qu'est-ce qui vous déplaît?

Le dialogue et le contact avec des personnes renforcent des liens sur les plans humain et relationnel. Ce qui est parfois moins agréable, c’est le travail préparatif du métier : réalisé seul chez soi.

Quels seraient les conseils que vous donneriez à un jeune qui veut se lancer?

Je pense qu’il doit tout d’abord vivre pleinement son art. Il faut également prendre conscience de l’importance de continuer à travailler son art après avoir décroché son diplôme. La fin des études n’est qu’un début. Il faut trouver sa voie en fonction de son potentiel et de ses compétences artistiques. S’il veut exercer ce métier un jour, il doit également prendre en considération les différentes embuches du métier, notamment en matière d’offres d’emploi. Une plus grande diversification dans le milieu artistique pourrait être un atout majeur.

 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.