Frédéric Busiau,
Peintre en aéronautique

Interview réalisée en décembre 2013

Quel a été votre parcours scolaire ?

A priori, rien ne me destinait à devenir peintre en aéronautique puisque j'ai fait des études secondaires en sylviculture et des études supérieures en arts graphiques. Ensuite, j'ai suivi une formation de conseiller en environnement. Par la suite j'ai travaillé comme peintre en bâtiment ! 

Comment alors êtes-vous devenu peintre en aéronautique ? 

Le hasard y est pour beaucoup : les délais d’attente pour suivre une formation de perfectionnement en peinture en bâtiment étaient forts longs à mon goût mais comme je désirais rester dans le domaine, je me suis inscrit à la formation de peintre industriel en centre de compétence. Elle durait trois mois. Le dernier était consacré à un stage, que j'ai finalement fait dans un atelier en aéronautique, à la SABCA. J'y suis toujours actuellement.  

Pouvez-vous nous expliquer en quoi consiste votre métier ?

Actuellement il s’agit surtout de rafraîchir des avions que l'on réceptionne, c'est-à-dire les poncer, les réparer, leur appliquer les différentes couches de peintures en suivant un cahier de charges spécifique à l’appareil.

Quels sont les produits que vous utilisez ?

Majoritairement des peintures industrielles spécifiques à l’aéronautique à base de solvant, mais dans certain cas, depuis peu, nous utilisons aussi certaines peintures acryliques (à base d’eau).

Pouvez-vous nous décrire une journée type ?

Décrire une journée type n’est pas aisé, car le travail varie selon l’avion et les différentes étapes de préparation. Sinon je pense qu’il n’y a pas de grandes différences avec un peintre en carrosserie de point de vue horaire et organisation de la journée.

Quels sont les risques liés au métier ?

Ils sont nombreux mais normalement maîtrisés : intoxication, chutes, coupure, projection au niveau des yeux, risque d’incendie et d’explosion lié aux produits utilisés…

Quels seraient éventuellement les inconvénients ?

L'utilisation de certains produits (ce n’est vraiment pas du petit lait !) et le fait de passer sa journée avec un masque sur la tête.

Et qu'est-ce qui vous plaît dans votre profession ?

La peinture en elle-même, la précision, le travail physique et surtout le plaisir d’un travail bien fait.

 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.