Gaëlle Colonius,
Créatrice de sacs en cuir, fondatrice de la marque Colonius

Interview réalisée en mai 2014

Quel est votre parcours ?

J’ai suivi des études de stylisme à la Haute Ecole Francisco Ferrer. Je suis sortie en 2005. J’ai ensuite fait plusieurs petits boulots pendant 7 ans dans divers domaines avant de lancer ma propre marque en 2011. Pendant ma formation à Francisco Ferrer, j’avais réalisé un sac-bijou, qui deviendra le GBag, mon modèle phare avec lequel j’ai démarré.

Pourquoi avez-vous décidé de vous lancer dans la création de sacs plus particulièrement?

Je pense que c’était inné. J’ai toujours été attirée par le cuir, par les sacs…je n’ai pas cherché à faire autre chose.

En quoi consiste concrètement votre travail ? Les différentes étapes ?

Je fais des recherches, je m’inspire de ce que je vois dans la rue, dans les magazines, à la télévision et puis je réalise beaucoup de dessins. Je les envoie chez un maroquinier belge qui assemble les sacs et crée un premier prototype. Ce prototype nous permet de vérifier si le sac est « viable », s’il correspond à ce que j’avais imaginé, si techniquement tout est correct. Je recherche aussi les matières premières, les attaches, etc. Tout est acheté et réalisé en Belgique. La collection est ensuite lancée. Ma collègue se charge du volet marketing avec la recherche de points de vente, etc.

Qu’est-ce qui vous inspire lorsque vous créez une collection ?

Je m’inspire beaucoup de mon expérience personnelle, de ce que j’aime ou aimerais porter comme sacs. Je suis aussi, de près ou de loin, les tendances car il faut sans cesse se renouveler.

Je crée généralement des modèles uniques mais il arrive parfois qu’on puisse créer cinq sacs à partir d’une même peau, même si c’est plus rare. Je reçois aussi des demandes plus particulières de personnes qui souhaitent que je crée un sac à partir du cuir d’une veste ou d’un canapé. Je réalise également des gravures personnalisées.

Qu’est-ce qui est le plus important pour vous lorsque vous créez un sac ? A quels aspects faites-vous particulièrement attention ?

Je veille à ce qu’il soit pratique tout en étant chic, d’où le choix du cuir. Je suis très attentive à la robustesse, à la qualité du produit. Mes sacs sont d’ailleurs doublés en cuir à l’intérieur aussi, ce qui les rend plus résistants.

Quel est le rythme de travail ?

Pour le moment, il ne s’agit pas de mon travail à temps plein. J’ai un autre boulot qui m’occupe 30 heures par semaine. J’ai tout le temps des idées mais il faut généralement du temps pour qu’elles se concrétisent. Je ne travaille pas forcément par saisons.

Travaillez-vous en équipe ?

Oui, outre le fournisseur de peau et le maroquinier, je travaille en équipe avec une collègue qui se charge de tout l’aspect marketing et administratif. Cela me permet de me consacrer uniquement à la création. On fonctionne aussi beaucoup par collaborations, échanges. Nous avons, par exemple, déjà prêté des sacs à une jeune styliste pour un shooting, à une photographe pour qu’elle puisse les utiliser comme modèles, etc. On essaie de s’entraider un peu entre jeunes créateurs. 

Quels sont les avantages et les inconvénients de votre métier ?

Je fais ce que j’aime, je rencontre beaucoup de gens et j’essaie que mes créations aient un but social, puissent aider des associations. Nous avons par exemple participé à l’opération « Les jeunes créateurs se mobilisent contre le SIDA ».

Par contre, il faut beaucoup de temps pour pouvoir lancer sa marque et la concurrence est importante. Le fait de proposer du « Made in Belgium » a un coût également et il est difficile de pouvoir en vivre. Mais c’est une particularité à laquelle nous tenons absolument.

Quels conseils donneriez-vous à un jeune qui voudrait se lancer ?

Il faut être prêt à s’investir, à consacrer beaucoup de temps à son activité et ne pas avoir peur de se lancer. Il faut foncer ! C’est ce que j’ai fait et je ne le regrette pas du tout. Mais avant tout, il faut prendre ses renseignements, faire des recherches sur les aides mises en place pour les jeunes, aller pousser des portes.

 

 

 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.