Gregg Brotcorne, Clown

Interview réalisée en mai 2012

Gregg Brotcorne est clown et administrateur délégué de l'asbl "La petite valise aux rêves".

 

Pourriez-vous nous présenter "La petite valise aux rêves"?

La petite valise aux rêves est une compagnie de spectacles, de formations et de créations d'événements dans les domaines des arts de la parole, du cirque et de la rue (improvisation, contes, clown, mime, cirque et magie). Elle a pour but de promouvoir l'expression sous toutes ses formes entre autre en milieu scolaire. Elle peut proposer des formations et des interventions sur des thématiques précises en milieux associatifs, culturels et scolaires et organise régulièrement des stages et des ateliers techniques adaptés à des tranches d'âges spécifiques tout au long de l'année. Elle créé et diffuse des spectacles dans ses domaines d'actions.

 

Quelle est votre fonction au sein de l'asbl?

Je suis l'administrateur délégué de l'ASBL et le principal artiste. Toutefois, je travaille de manière régulière avec un réseau de compétences artistiques et pédagogiques.

 

Quelles sont les formations que vous dispensez?

L'improvisation est la principale formation que je donne dans 3 villes (Enghien, Silly et Leuze) sous forme d'ateliers permanents. Le secteur impro a d'ailleurs été créé au sein de l'ASBL pour rassembler les différents projets dans le domaine. J'organise 1 à 2 fois par an un stage cirque à Pâques et/ou durant les grandes vacances et une fois par an, un stage plus spécifique à destination des adultes (mime, contes ou clown) est également donné. Et selon la demande, des stages rassemblant plusieurs techniques d'expression dans le domaine des arts de la parole (contes, expression verbale et non-verbale, théâtre improvisé, magie…).

 

Qu'est-ce qui vous a donné envie de devenir clown?

Le clown est un artiste complet et pluridisciplinaire. Il a la capacité de pouvoir s'adapter à toutes formes de situations provoquées ou subies. Je me considère davantage comme un saltimbanque clownesque. Le clown permet de toucher les gens d'une manière ou d'une autre par les rires et par les larmes comme on dit. Et cette capacité d'improviser, d'être à l'écoute, curieux, attentif à son environnement proche me convient dans ma vie.

 

Comment devient-on clown?

En travaillant, en se formant, en expérimentant, en ayant envie, en étant gourmand d'apprendre et en partant du principe que nous ne connaissons rien. Ce qui ouvre les portes de la découverte et surtout de l'apprentissage et de l'évolution.

 

Quelles sont, selon vous, les qualités indispensables à posséder?

Oser! Et recommencer! Ma grand-mère disait: "Vingt fois sur le métier il faut recommencer son ouvrage car la patience est une vertu qui vaut de l'or, chaque jour enrichis toi davantage!"

 

Quel est le rôle d'un clown?

Le rôle d'un artiste au sens large est, me semble-t-il, de susciter la réflexion, d'agir sur les relations humaines et le monde qui nous entoure, par le délassement, le plaisir, le fait de toucher les gens, de faire naître une émotion quel que soit le type d'émotion.

 

Dans quels types d’évènements, de spectacles, vous produisez-vous?

Spectacles d'improvisation pour tout public, spectacles mêlant le cirque et la magie à destination des enfants et à destination des adultes, spectacles de contes et de boniments en salle ou en rue, animations déambulatoires clownesques. Pour des écoles, des associations, des agences d'événements, des privés, des centres culturels, des grandes enseignes commerciales, des fêtes historico-médiévales…

 

Est-ce que vous concevez vous-même ces spectacles? Si oui, comment les préparez-vous?

Oui, chaque spectacle est une création originale dans le sens où j'en suis l'auteur ou tout du moins dans les créateurs (si nous sommes plusieurs à jouer). Nous partons souvent d'un ou plusieurs thème(s) que nous souhaitons aborder, des techniques que nous voulons utiliser. Ensuite, nous faisons beaucoup d'essais, de tests, d'improvisation, de réflexion autour de ce qui a été fait. Nous filmons et faisons intervenir une tierce personne en regard extérieur. Nous testons aussi parfois certaines scènes, des bribes, dans d'autres cadres (en rue, lors de spectacles d'impro), afin de voir ce qui fonctionne ou pas. Ensuite, nous provoquons ou cherchons un endroit pour le présenter. Un événement, « le festival des rêves et des valises », que l'asbl organise, consiste aussi à programmer de nouvelles créations.

 

Pensez-vous que, pour un artiste, la polyvalence soit un atout?

Oui. Etre polyvalent c'est bien, mais être hyper spécialisé dans un domaine l'est tout autant. La petite valise aux rêves utilise la polyvalence comme outil au service d'une organisation.

 

Quels sont les points positifs et négatifs du métier de clown?

Les points positifs : être créatif et s'exprimer au quotidien mais aussi les valeurs véhiculées, être son propre patron et mettre en pratique sa passion. Les points négatifs sont aucune ou peu de reconnaissance gouvernementale et pas de statut.

 

Avez-vous perçu une évolution dans la pratique du métier, dans la façon de l'aborder? 

Oui, et heureusement. Il y a plus de performance, d'innovation, d'invention, de techniques, de mélange de techniques… et du coup aussi plus de concurrence...

 

Quels sont les conseils que vous donneriez à un jeune qui veut devenir clown?

Etre artiste est compliqué, dur, demande de l'investissement, du travail, de la persévérance, du temps…

 

 

 

 

 

 

 

 

 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.