Grégory Andries,
Agent des opérations aériennes

Comment avez-vous été amené à occuper le poste qui est le vôtre ?  

Au départ, il s'agit plus d'une opportunité. J'ai d'abord exercé une activité d'indépendant avant de rentrer à mi-temps au sein de l'aéroport de Charleroi en tant qu'agent d'enregistrement. Et puis a été annoncée une procédure de recrutement en interne pour devenir agent des opérations aériennes, une formation qui était dispensée, et qui l'est toujours d'ailleurs, par le WAN. Je l'ai suivie et ai donc pu intégrer le service. 

Quel est le rôle d'un agent des opérations aériennes ?

C'est lui qui fait le lien entre l'équipage de l'avion et les différents intervenants au sol. Il recueille toutes les informations sur les vols (horaires, niveau d'essence, chargement des avions, assistance des personnes à mobilité réduite, …) et les transmet aux différents services de l'aéroport. Il définit également l’équilibre de l'avion sur base de son chargement et de son nombre de passagers, l'information météo, les spécificités des aéroports visités, des informations qu'il fournit  ensuite aux équipages.
Bref, il coordonne tous les services pour que le vol et sa préparation puissent se dérouler parfaitement. Du débarquement des passagers au prochain embarquement, j'ai tout juste 25 minutes (pour ce qui concerne les vols Ryanair) pour préparer le prochain vol et communiquer les éléments essentiels dont l'équipage a besoin pour décoller. Il faut donc anticiper au maximum. Dans ce job, aucune place n'est laissée à l'improvisation. Il faut être concentré en permanence. Chaque agent connaît évidemment longtemps à l'avance les vols dont il va devoir se charger. Ce planning est effectué par un des superviseurs du service.

C'est donc une fonction à hautes responsabilités. 

Oui. C'est la tour de contrôle qui donne l'accord pour le décollage mais le flight dispatcher peut retarder ce décollage si, selon lui, l’avion n’est pas chargé correctement ou s’il y a un doute dans le chargement (aussi bien passagers que bagages)! C'est lui qui signe les documents nécessaires. Et en cas d'incident, son travail sera inspecté de très près… Si un avion part sans la moitié des bagages, la responsabilité de l'agent d'opérations aériennes peut être mise en cause. 

Combien d'agents d'opérations aériennes travaillent au sein de votre aéroport ?

Une trentaine. Notre service est l'un des plus petits au sein de l'aéroport. 

Qu'est-ce qui plaît dans votre fonction ? 

La prise de responsabilités et la rigueur que ce métier nécessite. Et puis je ne me lasse jamais de voir un avion décoller… Par contre, les horaires sont plutôt durs : de 4h30 à 14h00 et de 14h00-23h00.  

Comme dans la plupart des métiers de l'aéronautique, l'anglais est essentiel.

Tout à fait ! Toutes les communications avec l'équipage se font en anglais.    

Pouvez-vous nous citer un aspect méconnu du métier ?

Toutes les informations qui apparaissent sur les écrans disséminés dans le terminal de l'aéroport concernant les horaires, les retards, les portes d'embarquement, etc. sont diffusées directement par les agents d'opérations aériennes ou par leur superviseur.  

 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.