Guillaume Bouckaert, Game designer

Interview réalisée en août 2012

Pourriez-vous nous présenter le studio « Fishing Cactus » ?

Le studio « Fishing Cactus » est un studio de développement de jeux vidéo basé à Mons, sur le parc Initialis. En tant que société de jeux vidéo, nous avons plusieurs titres à notre actif : la série des jeux « Shift » sur iDevices mais aussi sur console avec notamment Shifting World sur 3DS, Creatures 4 qui remet au goût du jour la série Creatures célèbre dans les années 90, et une grande quantité d’autres jeux sur iPhone, iPad et Android mais aussi sur consoles.

Concrètement, en quoi consiste votre travail ? Les différentes étapes ?

En tant que game designer, mon travail au sein du studio est varié : le game designer est la personne en charge du produit. C’est lui qui met sur papier en quoi va constituer le jeu, ce qui le rendra amusant, quel sera son « gameplay ». Il doit ensuite suivre le développement du jeu de A à Z, prendre en charge le management de l’équipe, assurer le découpage des différentes tâches. Finalement, il doit servir de référentiel aux autres membres de l’équipe, et pouvoir répondre à la moindre de leurs questions sur le jeu qui est développé.

Quels sont les différents types de produits que vous concevez ?

Les jeux que Fishing Cactus produit sont variés. Nous produisons à la fois des jeux « classiques » sur console et sur smartphone (jeux de plateforme, jeux de puzzles…) et des jeux d’éducation et de formation (appelés « Serious Games »), qui peuvent être destinés à un public adulte.

Est-ce un travail d’équipe ? Si oui, quels sont les autres professionnels avec lesquels vous travaillez ?

Il est extrêmement rare qu’un jeu vidéo soit développé par une seule personne. En général, il y a trois positions différentes nécessaires à la réalisation d’un jeu vidéo : le game designer, le programmeur et l’artiste. Le programmeur a en charge la création du jeu proprement dite, en codant celui-ci. L’artiste, quant à lui, est en charge de l’ensemble des graphismes du jeu. Le game designer chapeaute le tout et s’assure que le jeu soit fun.

Quelles sont les qualités requises pour exercer ce métier ?

Une bonne maîtrise de l’anglais est importante : l’industrie du jeu vidéo est internationale et pouvoir communiquer avec les autres acteurs du domaine est vital.

Savoir communiquer et aimer travailler en groupe : en tant que gérant d’une équipe, savoir faire partager sa vision d’un jeu est essentiel.

Être créatif : les problèmes rencontrés dans le cadre de ce travail demandent constamment d’être créatif et de pouvoir y répondre rapidement mais aussi de manière constructive.

Être passionné : les difficultés de ce métier sont à la hauteur de la joie de le pratiquer, et une bonne dose de passion est nécessaire pour s’accrocher dans les coups les plus durs.

Quel est votre parcours ?

Mon parcours est assez atypique pour ma position. La plupart des game designers suivent une formation dans une école dispensant les connaissances requises pour ce travail. Les écoles proposant ce type de formation commencent à se faire connaître, comme Supinfogames, qui est basé à Valenciennes. Pour ceux que le néerlandais n’effraye pas, il y a aussi plusieurs formations de ce type en Hollande.

Continuez-vous à vous former, à vous tenir à jour ? Est-ce important ?

Se tenir au courant des derniers développements dans l’industrie est essentiel et constitue une partie du travail du game designer. Il ne faut pas hésiter non plus à essayer constamment les nouveaux produits qui sortent sur le marché, que ce soit de nouveaux jeux ou de nouvelles consoles.

Quels sont vos principaux outils ?

Un bon game designer doit être un peu touche à tout et savoir utiliser la plupart des programmes et outils des autres disciplines : Photoshop, 3DS Max, etc. Cependant, le gros du travail est réalisé dans des outils de rédaction de texte (Word) ou de planification et de découpage de tâches (Excel). Il n’y a malheureusement pas un ou des outil(s) universels utilisés par les game designers à travers le monde.

Quels conseils donneriez-vous à un jeune qui voudrait devenir game designer ?

Jetez-vous à l’eau, c’est le meilleur moyen pour vous lancer si cette voie vous tente ! Aujourd’hui, il y a une multitude d’outils qui permettent à des personnes sans grande connaissance en informatique de se lancer dans la création de jeux vidéo.

 

 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.