Huguette,
Infirmière hygiéniste et chef d’un service épidémiologie et hygiène

Interview réalisée en février 2019

Pouvez-vous expliquer quel est le rôle du service épidémiologie et hygiène au sein de l’hôpital ?

Il s’agit de tout mettre en œuvre pour optimaliser la prévention des infections liées aux soins.

Concrètement, quelles sont les tâches quotidiennes d’un infirmier dans un tel service ?

La surveillance des bactéries multi-résistantes aux antibiotiques (BMR), la surveillance des bactériémies[1] acquises à l’hôpital, la réalisation d’audits de processus sur la qualité des prises en charge, la participation et la validation des procédures de soins infirmiers et de toutes procédures impactant le risque infectieux, la formation et l’information des équipes de soins, la gestion des précautions additionnelles, des décontaminations éventuelles, etc.

Quelles sont les problématiques que vous rencontrez le plus fréquemment ?

La gestion de phénomènes épidémiques ou de l’apparition de problèmes infectieux, la mise en place de procédures précises lorsqu’elles n’existent pas ou que celles utilisées ne sont pas suffisamment efficaces.

Avez-vous des contacts directs avec les patients ou travaillez-vous exclusivement avec le corps médical/paramédical de l’hôpital ?

Nous n’avons pas de contact direct avec les patients. Par contre, nous avons des contacts avec tous les corps de métiers présents dans l’institution, depuis le département des infrastructures logistiques jusqu’aux directions médicales et infirmières.

Vous êtes aussi infirmière en chef du service épidémiologie et hygiène hospitalière. En quoi cela consiste-t-il ?

Je gère l’équipe mais aussi la répartition et la coordination des activités.

Quels sont vos horaires de travail ?

Je fais des journées de 8h, entre 7h et 17h30, variables autour des horaires du personnel soignant.

Quels sont les avantages de votre profession ?

Domaine passionnant, transversalité, approche de conseil et support.

Quelles sont les principales difficultés rencontrées au quotidien ?

L’étendue des champs d’actions et les difficultés à gérer tous les aspects du métier.

D’après vous, quelles sont les qualités requises pour exercer en tant qu’infirmier hygiéniste ?

Il faut un intérêt pour la prévention des infections, de la souplesse, de la réactivité, de la diplomatie, une expertise dans le domaine, des capacités pédagogiques et une certaine force de persuasion.

Une formation particulière est-elle à privilégier si on veut travailler dans ce domaine ?

L’accès au poste d’hygiéniste est formalisé et nécessite d’avoir suivi trois formations : le bachelier d’infirmier, le master en sciences hospitalières ou en santé publique et le certificat en hygiène hospitalière.


[1] Présence de bactéries dans le sang.

 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.