Isabelle, Professeur de langues

Isabelle enseigne le néerlandais dans l'enseignement primaire à la fois dans l'enseignement traditionnel mais également dans des classes en « immersion » partielle.

Dans quelle(s) classe(s) enseignez-vous ?

J'enseigne le néerlandais en 5e et 6e primaire à raison de 2h par semaine mais aussi dans des classes « immersion » en 3e primaire, à raison de 2 x 2h par semaine, en 4e à raison de 8h par semaine et en 5e à raison de 7h/semaine.

Quelle formation avez-vous suivie ?

L'Agrégation de l'Enseignement Secondaire Inférieur (AESI) en néerlandais/allemand.

Quel a été votre parcours professionnel ?

J'ai tout d'abord enseigné durant 6 ans dans le primaire dans différentes écoles. Mais le fait d'être baladée d'un établissement à un autre était assez pesant, c'est pourquoi je me suis tournée vers le secrétariat de direction. Il ne m'a pas fallu longtemps avant de me rendre compte de mon erreur. Je suis alors retournée dans le monde de l'enseignement et dans le primaire plus particulièrement. Depuis 2003, j'ai donc non seulement mes deux heures de cours par semaine dans une école mais aussi des heures de cours en immersion partielle.

Quels sont les objectifs que vous vous fixez ? Qu'est-ce que les élèves du primaire doivent connaître en quittant le fondamental ?

Dans le cadre du cours traditionnel (2h/semaine), j'essaie de leur donner le goût du néerlandais, l'envie d'apprendre cette langue tout en veillant à ne pas les décourager ou les dégoûter. C'est véritablement une initiation linguistique.
Dans le cadre de l'immersion, les objectifs sont tout autres. J'essaie de leur inculquer non seulement le goût des langues mais également une certaine ouverture d'esprit. L'objectif, à terme, est qu'ils deviennent presque bilingues.

Y-a-t-il, selon vous, suffisamment d'heures de langues dans le primaire ?

Pas du tout ! De plus, et c'est un problème, il n'y a aucune coordination avec le cours de néerlandais donné dans le secondaire.

Quels sont les avantages et inconvénients du métier de professeur ?

Les horaires et les vacances sont des avantages non négligeables. C'est aussi un métier très gratifiant quand on constate que ce que l'on enseigne porte ses fruits auprès des élèves, quand on voit qu'ils commencent à utiliser la langue. Ce que j'adore aussi dans ce métier c'est la possibilité de s'impliquer totalement dans la constitution du cours. Il s'agit d'un enrichissement personnel d'un point de vue humain et professionnel.
Au niveau des inconvénients, il y a le travail à domicile qui est extrêmement conséquent. Parfois, il peut aussi arriver que l'on ait des problèmes en classe. Dans ce cas, il faut savoir les gérer mais aussi les laisser de côté lorsque l'on rentre chez soi. Enfin, comme autre désavantage, je citerais le manque total d'implication et d'intérêt de certains parents.

 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.