Jamal, Réviseur d'entreprises

Qu'est-ce qu'un réviseur d'entreprises ?  En quoi consiste ce métier ?

Le réviseur d'entreprises est une personne assermentée qui exerce avant tout une mission d'ordre public et d'intérêt général.

La mission d'ordre public consiste à contrôler et à certifier l'information financière (c'est-à-dire, les comptes annuels, bilans, comptes de résultats et annexes) destinée au public.

Le public auquel l'information est destinée et varié : actionnaires, investisseurs potentiels, créanciers, le personnel (plus particulièrement quand l'entreprise a en son sein un conseil d'entreprise).

Le caractère public de l'information est consacré par l'obligation faite aux entreprises de publier leurs comptes annuels accompagnés, le cas échéant, du rapport du réviseur d'entreprises auprès de la BNB (Centrales des Bilans).

Toute personne peut obtenir copie des comptes annuels en s'adressant à la BNB.  

A côté de ma mission principale, il existe d'autres missions légales dans le but de toujours garantir les intérêts des tiers (actionnaires et/ou créanciers).

Citions, à titre d'exemple, le cas de constitution de société ou d'augmentation de capital par apport en nature (immeuble, biens, meubles, clientèle,...); il faut une intervention du réviseur d'entreprises pour prévenir la surévaluation des apports par rapport à ce qui est économiquement justifié.

Les missions légales dévolues aux réviseurs d'entreprises sont les suivantes :

- Constitution et augmentation de capital par apport en nature.

- Fusion et scission d'entreprises.

- Emission d'actions en dessous du pair comptable.

- Transformation de forme juridique d'une société.

Ce sont là toutes les missions légales découlant du code des sociétés commerciales.

D'autres missions légales trouvent leur origine dans d'autres législations que le code des sociétés mais portent surtout sur la mission de certification des comptes.

Citions à cet égard, sans être exhaustif :

- La loir sur les hôpitaux.

- La loi portant sur l'organisation de l'économie créant les conseils d'entreprises.

- Les législations sectorielles relatives aux contrôles des entreprises d'assurances, des entreprises de crédit, de organismes de   placement collectif, des sociétés à portefeuille, des mutuelles....

Le réviseur d'entreprises peut aussi exercer des mission dites accessoires et compatibles, mais dans le respect des règles d'indépendance :

- La vérification et le redressement de tous documents comptables.

- L'expertise tant privée que judiciaire dans le domaine de l'organisation comptable, l'analyse du fonctionnement de l'entreprise   au point de vue de son crédit, du rendement et des risques.

- Les activités de conseil dans les domaines suivants :

- la valeur d'une entreprise ou d'un titre;

- l'opportunité de l'octroi d'un crédit;

- le financement et la politique d'investissement;

- l'importance d'un dégât (fraude, incendie,...) ou d'une perte (rupture de contrat,...);

- restructuration d'entreprise;

- transmission d'entreprise;

- consistance d'un patrimoine.

Les activités interdites aux réviseurs d'entreprises sont :

- Les activités commerciales.

- Les fonctions d'administrateur ou gérant de sociétés commerciales, à l'exception des sociétés professionnelles.

- Le contrat de travail sauf s'il est conclu avec un autre réviseur d'entreprises.

- La fonction publique impliquant un état de subordination sauf l'enseignement ou les mandats politiques.

- L'exercice d'activités qui mettraient son indépendance en péril en cumulant des fonctions de contrôleur et de contrôlé dans une même entreprise, en le plaçant dans des liens de dépendance vis-à-vis de la direction de l'entreprise ou des mandats, en étant l'occasion de l'octroi de commissions, courtages, avantages autres que des honoraires normaux...

Quelles sont les qualités indispensables pour être réviseur d'entreprises ?

La compétence : une formation universitaire de type économique (H.E.C.,  l'Ecole d'Administration des Affaires,...) ou juridique. Ensuite, un stage de 3 ans ponctué de séminaires et d'examens. La formation permanente est organisée par l'Institut des Réviseurs d'Entreprises en vue de permettre des recyclages et des adaptations à l'évolution des réalités économiques et juridiques.

L'indépendance : l'esprit d'indépendance est nécessaire car le réviseur d'entreprises est amené à émettre une opinion destinée à un large public, en toute objectivité.

Une grande capacité de travail et d'assimilation, car il faut faire face à des dossiers différents et pouvoir les mener de front.

Quelle est votre organisation d'emploi du temps ?

Il s'agit d'un métier d'indépendant où le nombre d'heures prestées est élevé. Le travail pendant les week-ends et les jours fériés n'est pas exceptionnel. Le travail se fait en partie chez les clients et en partie au bureau (programmation des travaux, courrier, rédaction de rapports,...).

Quel est votre parcours scolaire ?

J'ai fait une licence aux H.E.C. à Liège, ainsi qu'une maîtrise en Administration des Affaires.

Quel est votre parcours professionnel ?

J'ai été comptable dans une société pendant 2 ans. Ensuite, j'ai effectué mon stage de réviseur d'entreprises pendant 3 ans.   J'ai été réviseur d'entreprises collaborateur au sein d'une société de réviseurs d'entreprises.

Depuis 1997, je suis réviseur d'entreprises indépendant.

Quelles sont les structures et statuts d'un cabinet de réviseurs d'entreprises ?

Il existe des grands, des moyens et de petits cabinets. Chacun a ses caractéristiques, ses avantages et ses inconvénients. Je travaille dans une petite structure qui occupe 3 personnes. Les réviseurs d'entreprises ont souvent un statut social d'indépendant. Il reset cependant des réviseurs d'entreprises salariés dans les grandes structures.

Le travail est réparti entre le réviseur d'entreprises et ses collaborateurs selon la complexité du dossier et le degré d'expérience atteint.

Quel est le type de clientèle des réviseurs d'entreprises ?

Nos clients sont les PME, les indépendants, le secteur public et le secteur non marchand.

Quels sont les avantages et les inconvénients du métier ?

Les avantages sont que ce métier apporte une grande variété des expériences, l'indépendance et à cela s'ajoute une bonne rémunération.

L'inconvénient est principalement la grande charge de travail, ainsi que la difficulté de conciller celle-ci avec une qualité de vie.

 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.