Jean-Marc Guillemeau,
Formateur énergie

Interview réalisée en janvier 2008

M. Jean-Marc GUILLEMEAU est formateur énergie - Directeur du CIFULL (ULg)

Depuis combien de temps exercez-vous la profession d’animateur en énergie ?

Je ne peux pas me définir comme animateur mais plutôt comme formateur, depuis 1990. J’interviens dans plusieurs contextes : la formation de futurs professeurs (en particulier dans les disciplines scientifiques), la formation d’enseignants en activité (la formation continue), la formation de formateurs de la formation professionnelle (Forem, IFAPME, associatif) et finalement la formation de professionnels. Dans ce dernier cas, je m’adresse aux entrepreneurs et travailleurs d’un secteur précis. Je réalise ces formations dans différents domaines et en particulier dans celui de l’énergie. J’aborde des aspects très techniques tels que l’isolation thermique, la ventilation des bâtiments ou la Performance Energétique des Bâtiments (PEB) ; dans l’optique de répondre directement aux questions que se pose notre public. Ainsi, nos formations intègrentdes contenus techniques et pédagogiques.

En quoi consiste votre activité au quotidien ?

La mise en place d’une formation se réalise en plusieurs étapes. Nous partons toujours d’une demande (qui émane de secteurs, de centres de formations, d’institutions publiques telles que la Région wallonne, du terrain ou encore des écoles). On élabore le plan de formation selon le public auquel on s’adresse, les objectifs du public, les ressources à activer, la durée de la formation, les méthodes à utiliser... Ce plan de formation peut être très conséquent : plusieurs années ! Et touchant des milliers de personnes ! Une fois le plan élaboré, on va également produire les documents didactiques (toujours en alliant les exigences techniques et didactiques). Ces documents sont validés sur le plan scientifique et performants sur le plan pédagogique. Ensuite, on procède à l’organisation de la formation. Celle-ci peut être prise en charge par notre centre ou par des formateurs extérieurs. Des évaluations régulières de la formation et du programme permettent de procéder à des ajustements. Dans les écoles, on va davantage aborder l’URE (Utilisation Rationnelle de l’Energie) que la PEB alors qu’une entreprise sera plus concernée par la PEB.

Quelles sont, à votre avis, les qualités personnelles attendues dans ce domaine professionnel ?

Pour être un bon formateur, il faut avoir des capacités d’écoute, posséder une expertise du sujet sans l’imposer et être capable d’organiser les échanges. Il est essentiel d’avoir des compétences en gestion et animation d’un groupe. Il fautêtre animateur et non professeur.

Quels sont, à votre avis, les avantages et les inconvénients de ce type d’activité ?

Selon mon expérience et mon parcours, j’avoue ne voir pratiquement que des avantages. En effet, je me suis engagé dans ce domaine car cela correspondait totalement à mes valeurs. Mes activités de formateur m’apportent une satisfaction et une grande qualité de vie : écouter les personnes, les faire travailler, partir de leurs questions, enrichir les connaissances des autres... Le plus important est de se donner des modes collectifs de gestion et de travailler en réseau pour surmonter les difficultés : surtout, ne pas vouloir tout résoudre soi-même.

Quel est l’horaire de travail ?

Quand je suis au bureau pour rédiger, pour travailler en équipe, pour produire des documents, mes horaires sont 9h-18h. Quand je suis en déplacement, le temps de travail peut être plus long. Si j’ai une formation à Mons par exemple, je suis sur la route à 7h et je suis de retour chez moi vers 20h ! Pour une formation à Bruxelles, je termine vers 19h. Je veille à ne pas avoir trop de formations qui s’accumulent la même semaine. Les journées de formation sont passionnantes, mais très fatigantes. Les formations sont rarement résidentielles, cependant, il n’est pas exclu que je dorme parfois sur place. C’est plus aisé etcela permet de mieux connaître les personnes que l’on forme.

Quelles études/formations avez-vous faites pour accéder à cette profession ?

J’ai poursuivi le secondaire dans l’enseignement technique de transition, section électrotechnique, puis scientifique industrielle. Cette filière m’a permis de réussir avec fruit l’enseignement universitaire. J’ai obtenu une licence en sciences physiques, avec une orientation en physique nucléaire. J’ai ensuite eu l’opportunité de travailler au service de pédagogie à l’Université de Liège pour développer des formations et des outils sur l’énergie. Je sentais que j’avais la fibre pédagogique. Je me suis spécialisé en didactique des sciences (dans la foulée du courant moderne développé en France) dans le cadre de programmes de recherche et d’activités d’échanges (séminaires, colloques...). Ensuite, je me suis formé en épistémologie des sciences et des techniques. Attention, il ne faut pas oublier toute la formation acquise par mon expérience de formateur et la participation régulière à des colloques ou séminaires traitant de la formation professionnelle, de l’identification des besoins de formation, de l’évaluation, des méthodes et des outils pédagogiques et didactiques. C’est une forme d’autoformation mais qui se base sur l’échange d’idées et de pratiques
entre professionnels.

Quelles sont les différentes carrières auxquelles les porteurs de votre diplôme peuvent accéder ?

Les physiciens peuvent travailler autant dans le domaine de la formation où j’ai le sentiment qu’ils s’y retrouvent assez bien que dans le domaine de la recherche. Ils peuvent travailler dans des champs très divers tels que la physique, la physique médicale, la biophysique, la physique des matériaux… Ils peuvent, bien sûr, contribuer à la formation et à la Recherche & Développement technologiquedans le secteur de l’énergie.

Quels conseils donneriez-vous à un jeune qui souhaite se lancer dans cette voie ?

Premier conseil : il est important d’être à l’écoute des mouvances et des évolutions, c’est-à-dire d’être attentif aux nouvelles tendances du secteur dans lequel on doit être capable d’anticiper. La formation professionnelle bouge beaucoup et est toujours réactive (en réaction avec des problèmes qui se posent). Ainsi, le formateur qui est « en retard » risque d’être dépité car sa formation ne correspondra pas aux attentes et aux problèmes du moment. Deuxième conseil : le formateur doit saisir et cerner très vite les besoins qui ne sont pas satisfaits car c’est là-dessus qu’il doit baser sa formation. Troisième conseil : saisir les opportunités d’enrichir sa pratique et de s’améliorer. Ne jamais se satisfaire de ses acquis. Un formateur doit veiller à bien se former tout au long de sa carrière. Quatrième conseil : travailler en réseau, il est difficile de se former seul et de former les autres en restant isolé. Cinquième conseil : développer ses compétencesprofessionnelles en respectant son propre système de valeurs.

 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.