Jérôme Fraikin, Animateur 3D

Interview réalisée en août 2009

Comment définiriez-vous l’animation 3D ? 

Pour moi, il s’agit de donner une nouvelle dimension  (le mouvement) à des objets virtuels. 

Qu’est-ce qui vous a attiré vers ce métier ?

Au cours de mes études, j'ai eu l'occasion de travailler sur des programmes 3D; j'ai tout de suite accroché. 

Quel est votre parcours scolaire ?

J’ai suivi mes études secondaires à l’athénée d’Aywaille, option scientifique. Ensuite, je me suis tourné vers une licence en design industriel à St-Luc Liège.

Quelles sont, d’après vous, les qualités requises pour exercer ce métier ?

Une très bonne vision de l'espace, une certaine intelligence, un goût artistique, quelques notions de rythme.

Qu’est-ce que vous aimez le plus dans votre travail ? Le moins ?

Ce que j’aime le plus, c’est la création de vidéo, partir d’un plan d'architecte et créer une vie en 4 dimensions (avec le temps), recréer un vrai petit monde avec des personnes animées, des maisons, des voitures... Par contre, j’aime moins le côté administratif.

Avez-vous rencontré quelques difficultés lors de vos débuts ? Comment cela se passe-t-il pour un jeune qui se lance ?

Je dois vous avouer qu'on a eu beaucoup de chance dès le début. Avec un copain, j'ai créé la société Miysis en mars 2007 et nous avons directement eu de gros contrats qui ont fait parler de nous.

Est-ce un travail d’équipe ? Etes-vous amené à collaborer avec d’autres professionnels ?

Oui, nous travaillons avec d'autres professionnels : pour la post-production, le développement de sites Internet, les impressions, des fournisseurs... Nous avons essayé au début de faire la plupart du boulot en interne, mais finalement nous gagnons plus de temps en nous consacrant à ce qu'on sait vraiment faire et en sous traitant ce qui est moins dans nos compétences.   

Auriez-vous un conseil à donner aux jeunes intéressés par le métier d’animateur 3D ?

S'ils sont passionnés, qu'ils se lancent. Ils doivent cependant bien s'entourer dès le début (associés, comptables, actionnaires...), bien étudier leur projet avec des professionnels (business plan,...) et ne pas avoir peur de faire des heures supplémentaires !

 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.