Jourquin,
Responsable traitement eaux et gestion déchets

Interview réalisée en juin 2007

Monsieur Jourquin est responsable du traitement des eaux et de la gestion des déchets et sous-produit chez Lutosa.

En quoi consiste votre métier ?

C'est un job assez rare, qui consiste en la surveillance de la station d'épuration, surveillance aussi bien technique que qualité, analyse des eaux, etc. Nous avons aussi une sous-traitance du laboratoire central. Les laborantins effectuent donc toutes les analyses, en fonction de celles-ci, j'augmente les débits de recirculation, je diminue ou augmente les dosages des différents produits (soude caustique, chlorure ferrique, floculants…. ), je réagis pour ajuster les différents paramètres, pour avoir une bonne nitrification, dénitrification et déphosphatation biologique, etc.

Qu'est ce qu'une station d'épuration et comment cela fonctionne t'il ?

Notre eau est chargée d'amidon, qui représente 50% de notre charge pollution. Qu'en fait-on ? On le décante et il part alors pour l'alimentation animale.Presque tous les sous produits sortant de l'usine sont recyclés, principalement pour l'alimentation du bétail mais il y a aussi les boues d'épurations de la station qui partent vers l'agriculture. Cela fait aussi partie de ma fonction de prendre contact avec les agriculteurs et de les conseiller d'un point de vue agronomique. Notre boue sortant de la station d'épuration est un amendement organique du sol. Je m'occupe donc de l'organisation et du suivi de celle-ci: plan d'épandage pour la région wallonne, dossier à remplir, comme pour le Ministère de l'Agriculture. Nous devons aussi conseiller les agriculteurs s'ils sont autorisés ou non à utiliser des boues d'épuration, ce qui est lié à la quantité d'azote présent dans le sol. Nous avons le gros avantage, par rapport à des stations d'épuration urbaines, que nos boues ne comportent pas de métaux, puisque nous travaillons uniquement la pomme de terre.

En synthèse, votre mission est de recycler tout ce qui sort de l'usine pour qu'il n'y ait aucune conséquence sur l'environnement ?

Voilà, même chose pour les sous-produits. Nous avons des sous-traitants qui reprennent tous les sous-produits mais il y a tout l'aspect gestion avec les repreneurs, l'organisation de l'évacuation des containers à sous-produits, tout le suivi… On prélève un échantillon de tout ce qui sort, on doit respecter toutes les normes d'hygiène et de propreté des containers et tout cela fait partie de mon travail, vous voyez donc qu'il est assez vaste. Concernant la station d'épuration, je m'occupe du début jusqu'à la fin de tout le suivi technique: commande des pièces, organisation de la maintenance, etc. Prenons un exemple: l'usine arrête ce samedi 15 juin 2007, pour nous c'est la fin de campagne, la fin des pommes de terre (année 2006) avant de redémarrer le 2 juillet 2007 avec de nouvelles pommes de terre, pendant 15 jours, on va effectuer l'entretien, préventif bien sûr, de tout le matériel (nettoyage, vidange, contrôle, etc). Et c'est aussi mon rôle de surveiller la maintenance préventive. Quasiment tout se fait à présent en interne mais lorsque l'on a des travaux de nettoyage qui demandent de très hautes pressions (nettoyage des caniveaux, des citernes et des cuves), nous faisons appel à des sous-traitants car nous n'avons pas l'équipement nécessaire.

Quelle est la formation des personnes chargées de la maintenance ?

Les gens qui sont en dessous de moi sont tous pour l'instant, des techniciens agricoles, qui se débrouillent un peu en tout, la maintenance fait partie d'environ 30 à 40% du temps de leur travail.Mais ils s'occupent aussi de l'évacuation des sous-produits sortant de la production vers un mini parc à containers, créé dans l'entreprise: on recycle le carton, les plastiques, les batteries, les tubes TL, les sous-produits alimentaires (purée, frites précuites, pommes de terre déclassées,…). On sépare tout cela (tris et nettoyages divers) en respectant les normes G. M. P, il ne reste finalement que les chiffons souillés et choses de ce genre qui font partie des déchets industriels.

Qui est à l'origine de cette décision car tout cela semble très pointu et très rigoureux ?

Jusqu'en 1992 tout était mélangé: plastique, carton, etc.Je suis présent dans l'entreprise depuis 89. On m'a d'abord demandé de mettre en service la station d'épuration, qui était à l'arrêt, c'était mon premier objectif dans la société. Ensuite, j'ai repris tout ce qui concerne la gestion des déchets et des sous-produits. En interne, on a installé des compacteurs pour former des balles plastiques/cartons dans chaque atelier de production et on a formé les personnes de production à effectuer un bon tri.

Donc, vous avez élaboré toute une charte ?

Oui, une charte environnement et qualité pour la réduction des consommations des eaux, des déchets, des consommations énergétiques, du bruit, des odeurs,… On se fixe des objectifs qui ne sont pas toujours réalisables selon les années car on est tributaire de la qualité de la pomme de terre. Cette année-ci, la qualité était médiocre par rapport aux autres années, donc nous devons éplucher plus en production et nous avons davantage de sous-produits. Il faut donc rester objectifs sur nos pourcentages d'épluchures car, selon la qualité de la matière première nous avons plus ou moins de déchets. Mais on fait quand même des efforts: chaque chef de service, par exemple, à des objectifs concernant l'environnement: réduction de l'eau, de tout ce qui touche a l'énergie (électricité, vapeurs, froid) des machines que l'on peut arrêter plus tôt, etc. Bref, tout le monde est formé pour réduire au maximum les rejets polluants et consommations.

Comment se passe une journée type ?

J'arrive plus ou moins à 7h 10 le matin et durant une grosse heure, je fais le tour des installations, de la station d'épuration, on regarde tous les paramètres de fonctionnement aux deux phases (anaérobie et aérobie) et, en fonction de ça, on réagit, moi et mes gens.Ensuite, via un ordinateur, je crée tous les ordres de travaux pour la journée (via un programme de gestion de maintenance assistée par ordinateur « G. M. A. ). Ensuite, de 9h à 9h30, nous avons une réunion qui reprend l'ensemble des responsables de production et les responsables techniques. On reprend tous les problèmes de la veille et ce qui s'est passé durant la nuit. Nous faisons cette réunion tous les jours, durant environ une demi-heure et on s'organise suivant les impératifs de production. S'il y a, par exemple, une grosse pièce à remplacer, nous faisons appel au service interne de l'usine (soit service mécanique où électrique). Ensuite, pour ma part, mon travail est administratif: gestion des déchets, organisation de l'ensemble des interventions techniques, coups de fil aux clients, sous-traitants, repreneurs, organisation des épandages agricoles. Je reçois les agriculteurs ou je me rends chez eux, pour qu'ils signent les fiches documents d'épandages. Vers 14h, je fais un nouveau tour de la station d'épuration durant une heure avec les équipes de l'après midi (consignes, travaux divers,…) puis je retourne à mon travail administratif, au suivi. La production tourne 24h/ 24, six jours sur sept. Le personnel de l'environnement travaille en deux poses (matin et après midi) et le samedi–dimanche (une personne en équipe week-end), ils font le démarrage des installations, la maintenance et l'arrêt. La surveillance de nuit est assurée par les "conducteurs de chaudières", mais ils ne font pas d'évacuation de sous-produits, ni de déchets.

Combien de personnes travaillent dans votre équipe ?

Quatre personnes : des techniciens agricoles, très polyvalents, capables de conduire un Clark, un tracteur, un bulldozer, de démonter un axe, de faire l'entretien d'une pompe, de remplacer un roulement, etc.On les forme sur le tas. Mes gens font aussi partie des EPI, « équipe de première intervention » (pompier). Toutes les personnes sont équipées de "bip" et s'il y a un problème (un incendie) nous sommes appelés immédiatement et on sait que l'on doit se rendre sur le lieu de l'incendie avec un camion de pompier (interne à l'entreprise). Tous les membres de mon équipe ont suivi une formation EPI et une formation sur l'utilisation du camion pompier. 

Quels sont les organismes de contrôle extérieur dont vous dépendez ? 

On est contrôlé par l'AFCSA, l'Agence Fédérale de Chaîne de la Sécurité Alimentaire, la Région wallonne, la police de l'environnement.C'est moi-même qui les reçois. Ils vérifient par exemple les échantillons de boues, ils prélèvent des échantillons sur nos eaux de rejets, contrôlent nos terres qui retournent en agriculture, contrôlent nos sous-produits (alimentation animale).

Quelle est votre formation ?

Je suis gradué en agronomie.Ma base est plutôt le milieu agricole, j'ai débarqué ici, j'avais postulé pour un poste de contremaître d'un atelier de production et on m'a demandé, comme j'avais suivi des études techniques (électromécanique) de relever un défi, faire tourner la station d'épuration construite en 86 et qui ne tournait pas. Je suis arrivé en fin 89, j'ai mis plus de six mois pour que la station redémarre avec un rendement suffisant et depuis lors, elle fonctionne très bien (rendement de plus de 98. 5 %).

Quels sont les savoir-faire et les qualités nécessaires ?

Avoir un tempérament de manager, savoir diriger des personnes est quelque chose d'important.Le gros avantage que j'ai par rapport aux agriculteurs (on épand quand même 19 000 tonnes de boues sur les champs) et les contacts pour les sous-produits est que je viens du milieu agricole, c'est ma région et donc le contact passe bien. On a une rigueur et un canevas à respecter, il faut être attentif à tout ce qui se passe dans l'usine au point de vue de l'environnement, etc. Nous avons essayé de former les chefs d'atelier et les contremaîtres pour pouvoir gérer d'éventuels accidents: on travaille avec des bactéries et, par ex, un box de mille litres d'eau de javel renversé par accident pourrait poser problème. Nous avons aussi un bassin où on envoie les eaux de nettoyage (nettoyage week-end) pour ne pas avoir d'effets néfastes sur la station. Pendant la semaine, on dilue ces eaux avec les eaux de process. Nous avons dans la station deux phases en aérobie, même si normalement une seule est suffisante, nous avons toujours une roue de secours avec cette deuxième phase. On récupère aussi le gaz méthane de la biométhanisation qui est transformé en énergie électrique (énergie verte), donc on produit 10 à 15% de notre énergie électrique uniquement en traitant les eaux. L'usine consomme plus ou moins 10 000 kilowatt/heure, cela s'appelle la cogénération et présente des avantages : production d'électricité avec le gaz méthane, production d'eau chaude (refroidissement du moteur), production de vapeurs (récupération des gaz d'échappement). Nous avons également fortement diminué les rejets de CO2.

Votre formation en agronomie vous a donc été utile ?

Oui, j'ai eu de la chimie, j'ai eu les mêmes bases, comme les gradués ou les ingénieurs en environnement.Aujourd'hui, on forme des gens spécialisés en environnement mais à l'époque de mes études cela n'existait pas et je me suis formé sur le tas.

Que conseilleriez-vous comme formation à un jeune intéressé ?

De suivre des études de bachelier en environnement ou ingénieur en environnement. En secondaire, j'ai fait mes humanités en technique de transition, ce qui est un avantage pour obtenir les bases, notamment en mécanique et en électricité. Mieux vaut donc suivre les techniques de transition plutôt que le général...

 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.