Ludovic Defrere,
Informaticien-logisticien

Interview réalisée en février 2019

Comment, au terme de votre bachelier en logistique, en êtes-vous arrivé à travailler dans l’informatique ? 

Après ce bachelier, j’ai réalisé un master en Sciences de gestion. Cela m’a permis d’affuter mon esprit critique et d’obtenir davantage de connaissances managériales. À côté de cela, je m’intéressais beaucoup à l’informatique. J’avais notamment déjà acquis des connaissances en bases de données, en langages de programmation et un peu en systèmes d’exploitation. Je me suis mis en recherche d’un emploi et il est vite apparu que mon profil collait à celui d’un consultant ERP[1]. C’est la fonction que j’exerce aujourd’hui pour Ordina Luxembourg, une société orientée vers l’implémentation et le support de solutions informatiques pour des entreprises. 

En quoi consiste votre fonction de consultant ? 

J’exerce une double fonction : technique et fonctionnelle. D’un point de vue technique, j’adapte des processus déjà existants. Cela suppose de maîtriser le logiciel en plus de pouvoir développer/coder dans certains langages de programmation (HTML5, JavaScript, Java, etc.). Il faut également comprendre l’architecture du logiciel et son fonctionnement pour, ensuite, en exploiter les possibilités ou les étendre. 

D’un point de vue fonctionnel, j’installe de nouveaux processus : je cherche à comprendre les demandes du client, à les traduire en ERP, avant de les mettre en place. 

S’il fallait résumer, je dirais que mon métier consiste en l’analyse, la proposition de pistes d’amélioration et la mise en œuvre de ces solutions. Pour cela, nous avons souvent des rencontres formelles et informelles avec nos clients, des sessions de travail avec eux. Une fois l’analyse terminée, il est nécessaire de rédiger un cahier de spécifications qui explique comment le processus sera intégré dans l’ERP (d’un point de vue fonctionnel et technique). Après cette phase, nous faisons de la réalisation : les processus sont mis dans l’ERP. Enfin, nous formons les utilisateurs et nous les guidons dans leurs nouvelles opérations. Lorsque tout fonctionne, le processus est utilisé dans la vie de tous les jours et nous suivons nos utilisateurs encore quelque temps, avant de les laisser voler de leurs propres ailes.

Que vous ont apporté vos connaissances en logistique dans l’exercice de votre métier ? 

Elles me sont très utiles dans mon activité de consultant « fonctionnel ». Pour exercer une telle fonction, il est recommandé de connaître les grandes étapes d’une chaîne logistique, depuis les approvisionnements jusqu’à la facturation des clients. 

Vous définissez-vous comme un informaticien ou un logisticien ? 

Je suis un peu des deux, mais pas complètement. Dans mes affectations actuelles, je dois mettre en pratique mes connaissances en informatique et logistique, mais j’ai aussi développé d’autres compétences, la gestion des clients notamment, qui ne sont pas forcément des choses qu’on nous apprend à l’école.

Pensez-vous que ce métier va encore se développer davantage à l’avenir ? 

Ce métier n’est pas nouveau en soi. Les premières solutions intégrées existent depuis quelques dizaines d’années. Néanmoins, il est de plus en plus connu, en relation avec l’émergence et l’importance de l’informatique et des applications mobiles. Il n’y a nul doute que ce métier se développera encore, qu’il évoluera avec la digitalisation. Le métier de consultant ERP change, au gré des tendances, du marché et des solutions fournies par les éditeurs. Il faudra toujours des acteurs pour faire le lien entre la technologie et le terrain.

Qu’est-ce qui vous plaît dans votre métier ? 

Essentiellement, la multitude de clients qui amène à une diversité dans les modélisations. Au sein d’un même client, on peut aborder des processus totalement différents : gestion de stock, flux d’informations, approvisionnement, vente, finance, gestion de projets, etc. Autant de thématiques qui peuvent être gérées et qui obligent à se « réinventer ». Mon métier est aussi basé sur une relation de confiance, avec mon employeur et avec les clients. Malgré les contraintes de délai, les consultants sont libres de gérer leur temps. Et, s’il y a un souci (connaissances, planning, etc.), il suffit de s’adresser aux autres collègues pour avoir des pistes de solutions. 

Quelles difficultés rencontrez-vous dans votre métier ? 

Le quotidien de consultant est très variable. Par exemple, on peut potentiellement changer de client tous les jours. Cela signifie que le consultant est embarqué dans des problématiques multiples, réparties sur plusieurs clients qui ont chacun leur modélisation, leur calendrier, leurs objectifs et leurs interlocuteurs. Cela peut devenir stressant à la longue. Il ne faut pas avoir peur des voyages, également. Il faut parfois beaucoup se déplacer.


[1] Logiciel de gestion d’entreprise.

 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.