Mr A., Directeur d'hôtel

Quelle est votre formation scolaire ?

J'ai suivi les cours secondaires supérieurs à l'école d'hôtellerie de Liège.
Ensuite, j'ai fait un régendat technique à Namur et j'ai suivi les cours d'une université privée à Phoenix, aux U.S.A.

Quelles sont les raisons qui ont motivé votre choix pour ce type d'études ?

Je désirais posséder une bonne formation hôtelière et, à l'époque, il n'existait que deux centres de formation qui enseignaient la gestion hôtelière : à Lausanne et à Phoenix (U.S.A.)
J'ai opté pour le centre de Phoenix car, à l'époque, leur formation paraissait plus valable.
Il y a également une autre raison qui a motivé mon choix pour l'hôtellerie : je suis fils d'hôtelier. En fait, je représente la cinquième génération d'hôteliers dans ma famille. J'ai donc de sérieux antécédents. Et comme je fréquentais le milieu hôtelier depuis mon plus jeune âge, j'ai choisi cette carrière en toute connaissance de cause.

Votre formation correspond-t-elle aux exigences du monde professionnel ? 

Oui, tout à fait. Les cours aux U.S.A. représentaient une très bonne base pour débuter dans mon métier. Et les formations complémentaires que j'ai suivies jusqu'à présent n'ont fait qu'enrichir mes connaissances scolaires.

Etes-vous amené à employer couramment les langues étrangères ? 

J'emploie couramment l'anglais et le français qui sont les deux langues de base de l'hôtellerie. Dans notre métier, l'anglais représente la langue véhiculaire, 50% du langage hôtelier est en anglais.
La maîtrise de ces langues étrangères m'est très utile car je travaille pour une chaîne hôtelière très importante qui possède des implantations un peu partout dans le monde. Ce qui m'amène, entre autres, à avoir des contacts fréquents avec les autres directeurs d'hôtels. De plus, nous possédons une clientèle cosmopolite avec laquelle il faut être en mesure de converser.

Quelles sont les fonctions professionnelles que vous avez remplies jusqu'à ce jour ? 

J'ai découvert très tôt que le secteur des chaînes hôtelières offrait de nombreux débouchés. J'ai donc opté pour ce secteur professionnel.
J'ai d'abord travaillé dans une première chaîne hôtelière comme sous-directeur, puis comme directeur après un an.
Ensuite, j'ai décidé de changer de chaîne et je suis entré où je travaille actuellement.
A l'époque, cette chaîne s'implantait en Europe et je fus engagé dans le cadre du "pré-opening" de trois hôtels qui seraient situés à Paris, Bruxelles et Liège.
Le "pré-opening" représente la période qui précède l'ouverture d'un hôtel. Il s'agit d'un travail de mise en place assez important; coordination du bâtiment, supervision du chantier, commandes de l'infrastructure (pour la décoration, le matériel de construction, de cuisine), sélection du personnel, élaboration de l'administration.
Lorsque ces hôtels furent ouverts, j'ai repris la direction de l'hôtel de Liège. J'ai ensuite dirigé l'hôtel de Bruxelles conjointement avec celui de Liège. Je me suis également occupé, pendant un certain temps, de la gestion d'un hôtel situé dans les environs de Spa.

En quoi consistent vos activités professionnelles actuelles ? 

Je suis responsable de deux unités d'exploitation en Belgique, à Liège et à Bruxelles. Je suis également responsable du développement de notre infrastructure hôtelière dans le nord de l'Europe, c'est-à-dire en Allemagne, en Angleterre, dans les pays de l'Est et dans les pays scandinaves.
Je me suis d'ailleurs dressé un plan de carrière en trois parties :
- premièrement, être directeur d'hôtel,
- deuxièmement, être "district manager", c'est-à-dire être responsable de plusieurs hôtels,
- troisièmement, avoir une fonction de responsable au sein de la chaîne pour l'un de ces services.

Quels sont les avantages et les désavantages de votre métier ?

C'est un métier que l'on doit aimer car il est très exigeant. Les activités d'un hôtel ne s'arrêtent jamais, mais fonctionnent trois cent soixante cinq jours par an. Donc, même si l'on prend des vacances, le travail, lui, continue à s'accumuler pendant cette période. J'ai également de nombreux voyages à effectuer. Par exemple, j'ai calculé qu'en une semaine, je me déplaçais de vingt-quatre à trente heures (en voiture et en avion).
Mes horaires sont aussi très astreignants. Il est donc difficile, en ayant un emploi du temps aussi rempli, de mener de front vie professionnelle et vie familiale. Par contre, mon travail m'offre certains avantages tels que rencontrer des personnes de tout horizon et voyager à l'étranger.

Ces fonctions correspondent-elles à vos exigences initiales ? 

Oui, car je le répète, je connaissais déjà le métier d'hôtelier avant même de l'avoir exercé, et cela grâce à mes parents. De plus, j'aime énormément ce que je fais.

Pouvez-vous expliquer l'organisation de votre hôtel?

A titre d'exemple, voici comment se structure l'hôtel de Liège :
- la "Direction générale" qui emploie le Directeur général, ainsi qu'un secrétaire de direction,
- le "Service administratif" qui emploie les services suivants : commercial, télémarketing, comptabilité,
city ledger (= la facturation) et le service personnel;
Chacun de ces cinq services emploie une personne;
- le "Service Front Office" (c'est-à-dire la réception), qui emploie trois réceptionnistes, deux night audits (veilleurs de nuit), un téléphoniste, deux portiers et un responsable des réservations;
- le "Service Food and Beverage", c'est-à-dire tout ce qui concerne :
. la cuisine (qui emploie un chef cuisinier, six cuisiniers et trois plongeurs),
. le restaurant (qui emploie un maître d'hôtel, un premier chef de rang, quatre chefs de rang, deux demi chefs de rang et cinq commis),
. le bar-restaurant-room service (qui emploie un chef barman, un chef de rang, deux demi chefs de rang et un barman).
Dans ce service travaillent également une secrétaire et un Cost control (= Responsable des achats);
- le "Service des étages" (qui emploie une gouvernante, une première femme de chambre, cinq femmes de chambre et un valet de chambre);
- le "Service Repair and Maintenance", qui s'occupe des réparations et de l'entretien du bâtiment (ce service emploie un responsable et deux hommes de maintenance, dont un à mi-temps).

Votre profession est-elle rentable ?

Oui, la profession d'hôtelier est très rentable, surtout comme personnel de cadre. Mais il s'agit d'être très efficace car les rémunérations sont fonction des résultats obtenus.

Quelles sont les connaissances indispensables et complémentaires dans votre métier ?

Il faut posséder de bonnes connaissances techniques du métier, des notions de gestion et de gestion financière. Il faut parler plusieurs langues (au minimum le français et l'anglais) et avoir des connaissances en management. Et surtout, posséder la maîtrise du marketing. En effet, chaque hôtel possède son propre marché et chaque directeur doit être en mesure de détecter la motivation du client et être donc apte à répondre à la demande.

Quelles sont les qualités essentielles qui sont exigées dans l'exercice de votre profession ?

Il faut de la souplesse, c'est-à-dire savoir s'adapter au changement, mais aussi avoir une excellente santé, le sens des contacts humains, de la rigueur dans la gestion et pouvoir être disponible.

Votre profession convient-elle à une femme ?

Oui, tout à fait.

Lors de votre engagement, quels furent les critères de sélection de votre employeur?

Une bonne expérience technique, être apte à s'intégrer dans la philosophie de l'entreprise, posséder un esprit commercial, être un bon gestionnaire, un bon financier, et avoir le sens des relations humaines.

 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.