Mr X., Avitailleur

La tâche quotidienne d'un avitailleur :

L'avitailleur est celui qui approvisionne les avions en carburant. "L'activité principale est d'assurer une qualité de produit irréprochable du stockage jusqu'à la mise à bord". XXX travaille depuis 1992 à la SAB, société gestionnaire de l'aéroport de Bierset. Avant 1996, nous confie-t-il, je n'étais pas seulement avitailleur, chacun s'occupait un peu de tout". En effet, il y eut seulement séparation des services lors de la création du parc pétrolier, en 1996. Agent de maintenance, pompier, avitailleur et électromécanicien furent des métiers pour lesquels les personnes déjà engagées durent se proposer. XXX s'est porté volontaire pour devenir avitailleur. "Au départ, dit-il, nous n'étions que 5 à assurer l'avitaillement dont un gestionnaire". Actuellement, grâce à l'évolution et l'extension de la société, d'autres emplois ont été créés et le service est maintenant composés de 21 personnes.

Un travail d'équipe!

Trois niveaux ont été instaurés au sein de l'équipe pour un travail encore plus efficace :

  • niveau 1 : mise à bord (du fuel), travail de base d'un avitailleur
  • niveau 2 : mise à bord + quality contrôle du produit
  • niveau 3 : mise à bord + quality contrôle du produit + travail administratif.

Chacun est donc promu à un niveau mais l'équipe étant très soudée, lorsque des coups de mains sont nécessaires, tous mettent la main à la pâte. Le métier d'avitailleur demande beaucoup de souplesse, de rigueur, de volonté.

Les qualités d'un bon avitailleur

Il faut être manuel et en bonne forme physique. Le travail s'effectue souvent à l'extérieur, quelles que soient les conditions climatiques. Il faut un respect total des consignes car la plus petite négligence peut avoir de graves conséquences. Un diplôme d'enseignement secondaire inférieur technique ou professionel est demandé. Cependant les détenteurs d'un permis CE ADR (permis spécial pour le transport de produits dangereux) ont déjà un avantage car c'est la seule qualification requise pour obtenir le job. Si vous ne le possédez pas encore, il vous est possible de suivre des formations proposées par le Forem.

Conseils pour le jeune qui voudrait se lancer dans ce métier

La motivation et la volonté d'apprendre sont deux qualités très importantes car la majeure partie du travail s'apprend sur le terrain même. Il faut aimer le travail en équipe et s'intéresser aux avions. C'est avec l'expérience et les années que l'on progresse. Pour le travail administratif, il faut savoir manier des programmes informatiques. Il faut également savoir être flexible et s'adapter à diverses situations. Les journées tournent à des rythmes différents en fonction des prévisions de vol, du trafic aérien, etc. En permanence s'effectue la maintenance du charroi et du site. La présence d'au minimum deux personnes (aux moments de moindre activité) est indispensable. Le service travaille en étroite collaboration avec le flight office (prévision des vols, demandes de fuel...) ainsi qu'avec TNT.

 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.