Myriam Hanson,
Agent des forêts aux Services extérieurs de la Pêche (Service Public de Wallonie)

Interview réalisée en juin 2015

Quel est votre parcours ?

J’ai suivi des cours du soir à l’école de Couillet, en option sylviculture (Cours Techniques Secondaires Supérieurs).

J’ai été engagée comme ouvrière forestière à la pépinière de Philippeville. J’ai aussi travaillé en tant que rédactrice au Cantonnement de Philippeville et comme agent des forêts, toujours à la pépinière de Philippeville. J’ai ensuite été technicienne en milieu forestier au DEMNA (Département Milieu Naturel et Agricole) de Gembloux.

Je suis actuellement agent des forêts au Service de la Pêche.

Pourriez-vous nous présenter le Service de la Pêche, ses missions ?

Le Service de la Pêche fait partie de la Direction Chasse et Pêche du Département de la Nature et des Forêts du Service Public de Wallonie.

Ses missions sont multiples :

-La mise en place de plans de gestion piscicole à l'échelle du bassin versant (gestion des actions sur le milieu aquatique en concertation avec tous les intervenants, assistance technique, inventaires piscicoles…) ;

- La surveillance des eaux et la répression du braconnage halieutique;

- La concertation relative aux travaux sur les cours d'eau;

- La gestion des piscicultures domaniales;

- La gestion des frayères, des noues et des milieux aquatiques;

- L'information et la sensibilisation du public;

- Le contrôle des opérations de repeuplement du milieu aquatique ;

- Le suivi des écoles de pêche et maisons de la pêche.

En quoi consiste votre rôle de sensibilisation par rapport au public ?

Nous participons aux Salons de la chasse, pêche et agriculture et aux Journées wallonnes de l’eau.

Nous organisons également des stages pour enfants et nous élaborons des brochures, des dépliants ou des posters.

Quelles sont concrètement les tâches d’un agent des forêts au sein du Service de la Pêche ?

Nous contrôlons les pêcheurs, de jour comme de nuit.

Nous contrôlons également les rempoissonnements afin qu’ils répondent aux critères du cahier des charges du Fonds piscicole. Nous effectuons des recensements de poissons par pêches électriques, pêches au filet ainsi que des inventaires des poissons par pêches électriques sur les petits affluents, sur tout le triage piscicole.

Nous participons aussi aux divers programmes de reproduction de différentes espèces de poissons (saumons, truites de mer, truites Fario, ombres…) et nous assurons le sauvetage de poissons lors de travaux sur les cours d’eau ou du chômage de la Meuse.

Il y a également une part de travail administratif et de réunions : réponses aux diverses demandes de l’Administration, du public, des communes, des Sociétés et Fédérations de pêche ; réunions de concertation pour différents dossiers d’urbanisme concernant les travaux sur les cours d’eau ; réunions de divers organismes afin d’apporter un appui technique (Contrat Rivière, IDEF pour la gestion des Noues de Sambre, Fédérations de pêche…), etc. Nous intervenons dans l’élaboration du nouveau décret, des procédures de contrôle (demande de rempoissonnements, etc.).

Enfin, l’agent des forêts participe aussi au programme de formation de tir et de maniement d’armes à feu.

Qu’est-ce qui vous différencie des gardes champêtres particuliers ?

Les agents des forêts au Service de la Pêche sont engagés par le Service Public de Wallonie, tandis que les gardes champêtres particuliers sont engagés par des Sociétés de pêche particulières ou par des propriétaires privés pour le gardiennage de leur territoire.

Quelles sont les qualités et compétences à posséder ?

Il faut avant tout avoir réussi les examens de recrutement, option sylviculture, organisés par le SELOR.

Ensuite, dans le cadre du travail, il est important de savoir gérer son temps et élaborer un programme de travail cohérent. Il faut être prêt à effectuer des contrôles de jour comme de nuit.

Il faut être autonome mais pouvoir à certains moments travailler en équipe et être physiquement capable d’assumer certaines tâches un peu plus lourdes (relever des filets, porter des bassines…).

Il faut aussi pouvoir porter les armes de service.

Quelles sont les infractions les plus fréquemment commises ?

27 % des infractions concernent la pêche sans permis ; 27 % la pêche de nuit et 11 % le non-respect des conditions de pêche de nuit. Il y a ensuite 12 % d’infractions qui touchent à la pêche à plus de 2 lignes à main. 23% concernent d’autres infractions.

Quels sont les conseils que vous donneriez à un jeune qui veut devenir agent des forêts ?

Il faut faire preuve de beaucoup de patience avant de pouvoir présenter un examen de recrutement dans le domaine.

 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.