Nathalie Huart, Employée de bureau

Interview réalisée en janvier 2009

Nathalie Huart est employée de bureau depuis 20 ans à ARC, Action et Recherche Culturelles Bruxelles asbl

En quoi consiste votre activité au quotidien ?

J’ouvre le courrier et les messages électroniques de l’association, je les lis et j’y réponds si possible. Je suis aussi secrétaire d’un animateur d’ARC. Il est rarement sur place. Il me dit ce qu’il a à faire chaque semaine, ses différents déplacements et je prépare ses activités. En fonction de ses besoins, je vais chercher une salle, par exemple, pour les répétitions d’une pièce de théâtre. Je retranscris les comptes rendus de ses réunions et des spectacles qu’il organise. L’Arc édite un petit journal. Je me charge de l’envoi à tous les membres de l’asbl. J’imprime les étiquettes, je les colle et je vais à la poste.

Quelles sont les qualités nécessaires pour exercer votre profession ?

Je pense qu’il faut être ouvert. Je suis en contact avec beaucoup de gens différents. Une bonne secrétaire est aussi ordonnée et discrète. Parfois, quand on entend certaines choses, il vaut mieux ne pas les répéter.

Quels sont les avantages et inconvénients de votre métier ?

Nous ne sommes que treize à travailler pour ARC Bruxelles. L’ambiance est familiale, ce qui me plaît. On rigole tous les jours ! De plus, nous sommes dans le secteur associatif. Le travail n’est pas stressant. Je fais mon petit boulot au jour le jour. Par contre, une secrétaire dans une grande entreprise est stressée par l’obligation de rendement. L’inconvénient, pour moi, ce sont les trajets.

Quel est l’horaire de travail ?

Je travaille de 8h à 16h30.

Quelles études avez-vous suivies pour accéder à votre profession ?

En 1983, j’ai terminé des études secondaires inférieures pour devenir vendeuse-étalagiste.

Quel a été votre parcours professionnel ?

Je ne trouvais pas d’emploi dans le secteur de la vente-étalage. J’ai fait des stages, puis j’ai fait une demande pour être employée de bureau et j’ai été engagée directement ici. J’ai tout appris sur le tas, mais j’avais suivi deux heures par semaine de cours de dactylographie à l’école, ce qui m’a aidée.

Pourquoi avez-vous choisi ce métier ?

Je n’ai pas vraiment choisi ce métier. J’avais choisi la vente et l’étalage. J’aime l’ambiance à ARC Bruxelles et le fait de travailler dans le secteur culturel.

Que diriez-vous à un jeune qui souhaite se lancer dans cette voie ?

Je dirais à un jeune que, pour exercer ce métier, il faut être très sociable et avoir de l’ordre. C’est tout !

 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.