Pans, Dessinateur en électricité

Interview réalisée en janvier 2008

Entretien avec M. PANS, chef de projet en électricité générale (Feyens)

En quoi consiste votre métier ?

J’assure la liaison entre le département financier, le suivi des chantiers et la réalisation technique. Cela inclut – et c’est même la part la plus importante du travail – la fonction de dessinateur.

Je suis chargé de mettre sur plan toute l’architecture électrique du bâtiment à construire. Je m’occupe donc de l’implantation du réseau électrique des bâtiments. Je réalise des schémas unifilaires qui retracent tout le câblage. Charge ensuite au responsable du chantier de réaliser techniquement tout cela.

Quelle a été votre formation ?

J’ai fait mes secondaires techniques comme installateur électricien et je suis sorti de l’école avec un diplôme de technicien A2 en moteurs et courant fort. Ensuite, j’ai fait un graduat en dessin industriel.

Pourriez-vous retracer votre parcours professionnel ?

Après mon graduat, j’ai d’abord travaillé pendant six ans à la régie des Postes. Comme j’étais assez vite parvenu au stade le plus élevé de la hiérarchie, je me suis décidé à me lancer dans le privé.

C’est alors que j’ai intégré Cerberus, une société suisse qui démarrait en Belgique. J’y suis resté pendant vingt-quatre ans et j’y ai d’abord occupé la fonction de dessinateur avant de devenir chef de chantier (nous avons notamment travaillé pour la centrale de Tihange). Ensuite, Cerberus a été racheté par Siemens qui a totalement restructuré l’entreprise, si bien qu’au bout de quatre ans, comme bon nombre de mes collègues, j’ai été licencié. Cela étant, Siemens a réalisé un réel accompagnement des travailleurs : ils nous ont formés à retrouver du travail. Cela m’a été fort utile. Après la fin de mon préavis, j’ai travaillé comme intérimaire, notamment chez T.D.S., un bureau d’études. Enfin, depuis huit mois, je travaille chez Feyens. J’ai d’abord commencé comme intérimaire et on vient de me proposer de m’engager à long terme.

Félicitations ! Quels conseils pourriez-vous donner, en termes de formation, à un jeune qui voudrait se lancer dans un métier tel que le vôtre ?

Je dirais qu’il faut au minimum un diplôme de bachelier. Voire d’ingénieur. Pour les techniciens, il est encore possible de commencer avec un niveau A2, mais c’est difficile.

Quels sont les savoir être, les qualités humaines, qu’il faut avoir pour exercer votre métier ?

Il faut être ordonné, structuré et pouvoir planifier son travail (c’est la meilleure solution pour éviter le stress qui peut parfois être très prenant). Par ailleurs, il convient d’avoir un certain sens des responsabilités : un plan mal étudié peut avoir des retombées très lourdes, notamment financières, sur la suite de la réalisation.

L’expérience est-elle importante ?

Tout à fait, ça compte beaucoup ! Cela étant, aujourd’hui, avec la pénurie que le secteur connaît, les grosses sociétés vont jusqu’à chercher les jeunes à la sortie de l’école.

J’imagine que vous utilisez énormément l’informatique. Quels logiciels en particulier ?

La suite Office, bien évidemment. Enfin, l’essentiel de mon travail repose sur l’usage du logiciel professionnel Auto4.

 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.