Pascal Hauben, Chef de rayon

Interview réalisée en mai 2008

Pascal Hauben est manager du rayon « frais » chez Super GB depuis 24 ans

En quoi consiste votre activité au quotidien ?

Je suis manager des rayons « fruits et légumes » et « boulangerie ». Je suis aussi moniteur. En tant que manager de rayon, j’ai trois tâches distinctes. Premièrement, je gère une équipe de 12 personnes. Deuxièmement, je fais du commerce : j’installe la marchandise dans les rayons et je la vends. Troisièmement, je gère les stocks et je passe les commandes en essayant d’éviter les pertes. Je suis aussi moniteur, donc chargé de la formation « sur le tas » des nouveaux engagés.

Par exemple, le matin, je commence à six heures. Je « construis le rayon » : je fais un « tour fraîcheur », j’enlève les articles périmés, puis, dès que les camions arrivent, je remplis les rayons avec les nouveaux produits jusqu’à 9h.
Ensuite, je fais « la casse », c’est à dire que j’encode toutes les marchandises mises en réserve. Puis je passe les commandes pour le lendemain.

L’après-midi, je fais le « suivi du rayon » et je m’occupe de l’affichage des prix. Je suis chargé de la gestion du personnel : j’organise les horaires de chacun, j’assiste à des réunions … Lorsqu’il y a un engagement dans mon rayon, je participe au dernier entretien de sélection et je prends mon nouveau collaborateur en formation. En tant que moniteur, je suis aussi chargé d’apprendre tous les métiers de la distribution aux assistants managers, aux managers et aux directeurs de magasin. Je serais donc susceptible de devoir former mon futur patron !

Je suis à la fois en contact avec les clients, avec mon équipe et avec les responsables de l’enseigne. Je travaille dans le magasin, dans la réserve et dans un bureau. Mes tâches sont variées. Sur 36h, j’ai un tiers de « réassort », un tiers de gestion de stocks et un tiers de management d’équipe.

Quelles sont les qualités nécessaires pour exercer votre profession ?

Il faut être un bon gestionnaire d’équipe, savoir diriger des personnes. Il faut aussi avoir un bon contact avec la clientèle. Je pense que c’est le plus important : aimer rencontrer des gens. Ensuite, il faut savoir passer des commandes et gérer la marchandise. Il faut donc avoir été formé et avoir une expérience de terrain, savoir quoi commander et en quelle quantité. Il faut aussi être organisé.

Quels sont les avantages et les inconvénients de votre métier ?

Je travaille dans une multinationale. Je me sens indépendant dans mon rayon, ce qui est un avantage. L’inconvénient, c’est que nous dépendons d’un bureau d’achats, ce qui n’est pas toujours évident. Je commande ma marchandise à une centrale, et c’est elle qui transmet ma demande aux fabricants et aux producteurs. Je n’ai pas de contact direct avec mes fournisseurs et je ne peux pas exactement choisir ce que je veux. Parfois, j’aimerais que tel produit soit à tel prix, mais je ne décide pas de la ligne de conduite de l’enseigne.

J’aime mon métier, je me sens bien ici, et de mieux en mieux. J’aime le commerce, j’aime vendre. J’ai déjà travaillé dans divers rayons, mais j’aime les fruits et les légumes parce que ce rayon est très vivant. J’aime aussi le contact avec la clientèle.

Quel est l’horaire de travail ?

Je travaille 36 heures par semaine. Si je commence à 6h, je finis à 15h. Une ou deux fois par semaine, je commence à 11h et je finis à 20h. Je travaille cinq jours par semaine, souvent le samedi. Dans la grande distribution, et surtout dans le rayon « frais », le vendredi et le samedi sont de grosses journées.

Quelles études avez-vous suivies pour accéder à votre profession ?

J’ai un diplôme de secondaire inférieur. J’ai arrêté l’école après la quatrième année. J’ai été formé par l’enseigne. Nous avons accès à beaucoup de formations. Nous pouvons apprendre le management, la communication, l’informatique.

Quel a été votre parcours professionnel ?

J’ai commencé à 18 ans à mi-temps dans l’Horeca et comme réassortisseur chez GB. Après une dizaine d’années, j’ai passé des tests pour devenir assistant manager. Je suis resté assistant pendant trois ou quatre ans. J’ai fait un stage en magasin avec un manager pour apprendre le métier sur le terrain.

Lorsqu’on devient manager, on peut suivre de nombreuses formations encadrées, c’est-à-dire avec un professeur, dans une classe, et non sur le tas.

Pourquoi avez-vous choisi ce métier ?

Par hasard. Je cherchais du travail, je suis passé devant un GB et j’ai vu une offre d’emploi de caissier. J’ai vu qu’on pouvait évoluer dans cette société, ce qui m’a plu et je suis resté. Si je le désire, je pourrai atteindre d’autres responsabilités, même si je n’ai pas fait de hautes études.

Que diriez-vous à un jeune qui souhaite se lancer dans cette voie ?

S’il aime les contacts humains, le commerce et a envie d’évoluer, c’est une bonne place pour lui. Carrefour offre de belles carrières à ceux qui sont motivés. Carrefour est une multinationale, avec une structure, une ligne rouge, des règlements et il faut s’y conformer.

Avez-vous une anecdote à raconter ?

Nous attendions la visite officielle de la grande direction. Nous devions donc préparer les rayons. Nous le faisons tous les jours pour les clients, mais dans un cas pareil, il y a quelques « petits plus »… La veille, j’arrive au magasin à 7h au lieu de 6h. Tous les employés m’annoncent alors que la visite aura lieu le jour même, et non le lendemain. Je me suis dépêché comme un fou ! Tout devait être prêt et j’étais en retard. Je m’en souviens encore. J’arrangeais les fleurs et, à un certain moment, je me suis retourné. Toute l’équipe me regardait avec un grand sourire : ils m’avaient eu ! La visite avait bien lieu le lendemain.

 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.