Patricia Remmerique, Caissière

Patricia Remmerique est chef caissière et employée de bureau chez Brico depuis 24 ans

En quoi consiste votre activité au quotidien ?

Je dirige mon personnel, une équipe de 15 personnes. Je fais le planning journalier. Je veille à ce que chaque poste de travail soit occupé par une caissière, même en début et en fin de service. Il y a en permanence entre trois et cinq caissières en service. Les journées sont divisées en trois périodes : matin, après-midi, tard. Lors des congés scolaires, les clients sont plus nombreux. Je dois prévoir ces affluences et adapter les horaires.

Je passe beaucoup de temps au bureau. Je m’occupe de la comptabilité, du coffre, des horaires, des plannings, des cartes de pointage et des fiches de paie de tous mes collaborateurs, 52 personnes. Je gère les démarches en cas d’accident de travail. Je suis en contact avec les mutualités, le service du personnel, la hiérarchie, le service social et l’Onem. Je gère les congés et les remplacements. Il m’arrive aussi de faire des renforts caisse, donc d’effectuer le travail de caissière pour dépanner.

J’engage aussi les étudiants. J’encode la casse et je comptabilise les vols. Je gère l’économat du magasin. Je passe les commandes de matériel pour nos besoins internes (cartouches d’encre, papier, étiquettes, vêtements…).

Quelles sont les qualités nécessaires pour exercer votre profession ?

Il faut être souple. Mes tâches sont multiples. Je dois passer d’une activité à l’autre. Dans d’autres magasins, la chef caissière ne s’occupe que des caisses et des caissières, mais chez Brico c’est un travail plus varié. Rien ne doit traîner. Je dois être organisée et gérer tout en même temps. On peut m’appeler à n’importe quel moment pour un imprévu et je dois répondre, trouver une solution, même si je n’ai pas fini ce que j’ai commencé. Je peux par exemple m’occuper du coffre et être appelée avant la fin parce qu’une cliente a une tache de peinture sur son manteau !

Il faut avoir un caractère sociable, être communicatif, à l’écoute des autres, de leurs problèmes, et parfois, faire preuve d’une certaine autorité. Par exemple, hier, à mon arrivée, j’ai trouvé trois caissières au bureau alors qu’une seule travaillait à la caisse et que six clients faisaient la file. Je les ai convoquées une à une, dans le bureau, jamais devant les clients, pour leur expliquer que je n’étais pas d’accord. Quant aux compétences techniques, je les ai acquises sur le terrain.

Quels sont les avantages et les inconvénients de votre métier ?

Le plus grand avantage, c’est d’aimer son travail, et j’adore le mien ! Je travaille pour gagner ma vie, c’est clair, mais je le vis de façon très agréable, ce qui n’est pas le cas pour tout le monde. Le salaire me paraît tout à fait convenable. J’ai des primes de tard, des congés payés, des primes de fin d’année, des chèques-repas, des chèques-cadeau pour les fêtes. De plus, nous avons le droit de nous exprimer, de demander par exemple pourquoi on doit faire telle ou telle chose.

Quel est l’horaire de travail ?

Je travaille 24 heures par semaine, répartis sur quatre jours. Cet horaire me permet d’accorder du temps à mon enfant. Je travaille de 8h à 14h ou de 14h à 20h.

Quelles études avez-vous suivies pour accéder à votre profession ?

J’ai étudié le secrétariat. Chez Brico, une formatrice nous apprend à utiliser le nouveau matériel installé.

Quel a été votre parcours professionnel ?

Comme étudiante, j’avais travaillé chez un courtier d’assurances et dans une banque, mais je m’y ennuyais. A 16 ans, j’ai été engagée par Delhaize comme caissière. Après six mois, j’ai commencé comme responsable au rayon parfumerie puis j’ai ouvert mon propre magasin dans une nouvelle galerie commerçante. Après un an et demi, j’ai été la septième à devoir fermer boutique.

J’avais entendu que Brico Center engageait et que le salaire y était plus élevé parce que les primes de tard étaient payées. J’ai donc postulé, et commencé à 23 ans comme caissière. A 24 ans, j’ai été bombardée chef caissière, parce que j’avais un certificat de secrétariat. Quand on fait ses preuves dans la société, il y a moyen de monter très vite.

Pourquoi avez-vous choisi ce métier ?

Le travail est très varié. Je n’aime pas rester derrière un bureau toute la journée. Dès que j’ai goûté à la vie de magasin, j’ai voulu y rester.

Que diriez-vous à un jeune qui souhaite se lancer dans cette voie ?

Je dirais qu’il faut y croire et aimer le travail varié. Il faut en vouloir, s’accrocher. C’est un beau métier.

 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.