Paul Duquesne, Supply chain manager

Interview réalisée en février 2019

Comment êtes-vous devenu Supply chain manager ?

Ce fut un long processus. Je suis passé par différents métiers et fonctions. J’ai travaillé dans le planning, la distribution, le transport de produits dangereux, j’ai été acheteur, superviseur, manager… Cela m’a permis d’avoir une vue globale du monde de l’entreprise et de ses différents départements. On ne devient pas Supply chain manager du jour au lendemain. C’est l’expérience qui vous permet de le devenir.

Quelles études préconisez-vous alors ?

Un bachelier en Logistique peut être un bon point de départ mais à mon avis, un master me semble beaucoup plus approprié, que ce soit en Transport et logistique ou en Sciences de gestion, par exemple. Des études d’ingénieur me semblent en adéquation avec la fonction. Je suis moi-même ingénieur industriel. Néanmoins, pour être plus apte à la fonction, des formations complémentaires me semblent requises. Personnellement, j’ai suivi un module de cours en Supply chain ainsi que des formations internes, notamment en leadership et management.   

Comment définiriez-vous votre métier ?

La description peut être différente en fonction de l’entreprise pour laquelle on travaille. Il s’agit d’une fonction globale qui recouvre une multitude d’activités. Pour faire simple, le rôle du Supply chain manager est d’organiser son équipe, de lui confier des tâches bien précises, de veiller à ce que tous les départements soient efficaces. Pour être plus pragmatique, je dirais que c’est lui qui assure l’acheminement de la marchandise depuis son entreprise jusqu’au client, en totale sécurité, en temps et en heure. Il occupe donc une fonction centrale dans l’entreprise et a une vue générale sur toutes ses composantes. Je le comparerais un peu à un chef d’orchestre.  

Y a-t-il un élément en particulier que vous souhaiteriez mettre en avant ? 

La résolution des problèmes est un élément clé du métier. Je tiens aussi à préciser que les activités du Supply chain manager peuvent être différentes selon le profil d’organisation de la société. La fonction peut aussi englober les achats en général et d’autres activités.

Quels types de problèmes devez-vous résoudre ? 

Ils peuvent être de tout ordre. Par exemple, un retard dans la production ou dans la livraison, le refus par des autorités du transport de certaines matières, un accident de transport, le blocage d’infrastructures portuaires ou aéroportuaires, etc. Le Supply chain manager doit trouver la solution la plus efficace possible à ce problème, même si lui-même n’en est pas la cause ! En effet, c’est lui le chef d’équipe : il dépend pleinement du travail effectué par les départements (le service production, le service des achats, les vendeurs, etc.). Il leur confie des tâches et veille à ce que celles-ci soient effectuées correctement et efficacement dans les normes de qualité requises. Soit il résout lui-même ce problème totalement ou partiellement, soit il confie cette tâche à la personne ou au service qu’il estime être le plus à même de le faire.   

Quelles connaissances indispensables faut-il posséder ?

Il y a d’abord la connaissance propre aux activités de son entreprise et à son secteur. Si c’est dans la chimie, il faut évidemment avoir des connaissances en chimie… Il faut maîtriser les produits, leurs caractéristiques et le marché, mais aussi connaître à la perfection le fonctionnement de la chaîne logistique ainsi que les différents départements de son entreprise (qui fait quoi ? comment ? dans quelles conditions ?). D’autres connaissances entrent également en jeu : les réglementations nationales et internationales, les logiciels de gestion d’entreprise, les normes de qualité et d’hygiène, etc. La connaissance de l’anglais pour travailler à l’international me paraît élémentaire également. 

Selon vous, quelques qualités vous paraissent indispensables ?

La réactivité pour la résolution des problèmes et la résistance au stress. 

Qu’est-ce qui vous plaît dans ce métier ?

L’immense variété des tâches : les journées ne ressemblent jamais. C’est un poste lié à des projets. Lorsque l’on a un nouveau produit ou un nouveau client, on met en place une toute nouvelle chaîne logistique. C’est particulièrement motivant. 

Pouvez-vous nous citer un exemple de ce que serait un nouveau projet ?

La livraison d’un client qui se trouverait dans un pays que nous ne desservions pas encore. Il faut trouver la meilleure façon d’acheminer l’envoi en tenant compte de divers paramètres tels que les réglementations propres à ce pays, le trajet à emprunter, le conditionnement idéal, etc. C’est un sacré challenge ! Comme autre projet je citerais également l’implémentation d’un nouveau logiciel de gestion d’entreprise. C’est d’ailleurs ce qui m’occupe actuellement.

 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.